La Bourse de Paris plombée par la peur d'une deuxième vague

La Bourse de Paris  plombée par la peur d'une deuxième vague
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le lundi 15 juin 2020 à 10h19

La Bourse de Paris a débuté la semaine en forte baisse (-2,82%), dans un marché de nouveau inquiet du risque de deuxième vague de Covid-19 dans les pays ayant déconfiné. 

A 09H50, l'indice CAC 40 chutait de 136 points à 4.702,99 points. Vendredi, il avait légèrement rebondi de 0,49% après quatre séances consécutives de repli, dont une chute de 4,71% jeudi.

"La peur croissante qu'une seconde vague de Covid-19 ne touche l'économie mondiale pèse sur le moral des marchés en ce début de semaine", note Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank. 

Cette crainte avait émergé dès la fin de semaine précédente, alors que le nombre de contamination aux États-Unis peine à descendre sous le plateau des 20.000 nouvelles contaminations par jour, avec toujours des niveaux préoccupants dans certains États, comme la Floride. 

Elle a été renforcée pendant le week-end alors que la pandémie a fait son retour en Chine. 57 nouveaux cas ont été découverts en 24 heures, dont 36 liés à un marché de gros à Pékin, le plus haut chiffre quotidien depuis avril.

Une dizaine de nouvelles zones résidentielles de la capitale chinoise ont été placées sous un strict confinement. 

"Les marchés ont besoin de penser que les choses vont dans la bonne direction pour monter. C'est le rythme du changement qui compte, donc les nouvelles vagues de cas sont prises comme un signal de vente", détaille Neil Wilson de market.com

C'est pourquoi en Europe, ces nouvelles "freinent l'optimisme généré par l'ouverture des frontières de plusieurs pays pour permettre le tourisme" à partir de lundi, estime Jasper Lawler de London Capital Group.  

En France, le président Emmanuel Macron a annoncé dimanche un nouvel assouplissement des mesures de déconfinement, avec notamment la réouverture des bars et des restaurants dans toute la France métropolitaine. 

De côté des indicateurs, les investisseurs ont déjà pris connaissance de l'augmentation de la production industrielle chinoise pour le deuxième mois consécutif (+4,4%), alors que les ventes au détail ont ralenti leur baisse (-2,8%) après leur plongeon au début d'année. 

Sur le front des valeurs, tout le CAC 40 évoluait dans le rouge.

Le secteur bancaire était en première ligne avec une perte de 3,26% à 14,28 euros pour Société Générale, de 3,09% à 33,89 euros pour BNP, ou de 2,22% à 7,92 euros pour Crédit Agricole. 

Renault plongeait de 3,93% à 21,14 euros, et Peugeot de 3,27% à 13,03 euros.

Le luxe n'était pas épargné, avec une baisse de 4,14% à 467,15 euros pour Kering et de 3,82% à 364,65 euros pour LVMH.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.