La Bourse de Paris portée par des espoirs thérapeutiques (+1,41%)

La Bourse de Paris portée par des espoirs thérapeutiques (+1,41%)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le lundi 13 juillet 2020 à 14h07

La Bourse de Paris restait galvanisée lundi en milieu de journée (+1,41%) par la perspective de traitements efficaces contre le coronavirus, reflétant la tendance positive des marchés asiatiques et de Wall Street.

A 13H25, (11H25 GMT), l'indice CAC 40 avançait de 69,99 points à 5.040,47. Vendredi, la cote parisienne a clôturé en hausse de 1,01%.

La place parisienne était significativement dans le vert depuis l'ouverture tandis que Wall Street se préparait à poursuivre sur sa lancée positive. 

Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average progressait de 0,90%, celui de l'indice élargi S&P 500 de 0,76% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,89%.

"Il semble que l'optimisme lié aux nouvelles concernant un traitement du Covid-19 ait occulté" l'explosion récente des contaminations sur la planète et la nouvelle application de mesures sanitaires contraignantes dans plusieurs pays, a commenté David Madden, analyste pour CMC Markets.

Les investisseurs se réjouissent d'une information de la biotech américaine Gilead concernant les signes positifs de son traitement à base de Remdesivir et d'une autre annonce de BioNtech, le partenaire allemand du laboratoire américain Pfizer dans le développement d'un vaccin contre le Covid, selon laquelle une demande de mise sur le marché pourrait être soumise aux autorités sanitaires avant la fin de l'année.

Ils espèrent par ailleurs que la saison des résultats, qui débute mardi aux États-Unis "les aidera à évaluer les dégâts causés par la pandémie de Covid-19" et donnera "un élan supplémentaire au marché", analyse Milan Cutkovic, de AxiCorp.

Si la volatilité a diminué récemment, selon lui, "les sujets de préoccupations ne manquent pas", citant la pandémie, les négociations en cours entre Londres et Bruxelles au sujet de leur relation post-Brexit, les tensions entre les États-Unis et la Chine, la campagne présidentielle américaine.

La montée vertigineuse des eaux du Yangtsé, le plus long fleuve chinois, en raison d'inondations record dans le centre et l'Est de la Chine, pourrait désormais accaparer aussi l'attention des investisseurs.

- Ubisoft dégringole -

Aucun indicateur n'était prévu au cours de la séance, mais le reste de la semaine s'annonce chargé entre le début de la saison des résultats trimestriels aux États-Unis et plusieurs statistiques américaines d'importance, chaque jour, que ce soit les prix à la consommation, la production industrielle, les ventes au détail et les mises en chantier.

"L'actualité sera aussi chargée en Europe, avec la tentative de trouver une entente autour du plan de relance et du budget européen autour d'un sommet à Bruxelles (vendredi et samedi)", notent les experts de la recherche économique d'Aurel BGC.

Toutefois, "la réunion que consacrera cette semaine (jeudi) le Conseil des Gouverneurs de la Banque centrale européenne à son examen périodique de la politique monétaire ne devrait pas déboucher sur de nouvelles décisions", poursuivent-ils. Mais "le jugement sur l'état de la conjoncture qui sera fait dans le communiqué que lira Christine Lagarde en introduction de sa conférence de presse devrait capter l'attention des investisseurs".

Ubisoft s'effondrait de 6,48% à 72,48 euros au lendemain d'une présentation de jeux jugée décevante par le marché, et alors que l'éditeur se débat dans un scandale de harcèlement sexuel. 

Les matières premières profitaient de l'optimisme quant au rebond de l'économie. Ainsi ArcelorMittal gagnait 4,95% à 10,39 euros, Aperam 4,20% à 25,79 euros et Eramet 1,87% à 31,12 euros.

Le secteur aérien montait lui aussi, Airbus (+3,50% à 67,73 euros) et Air France-KLM (+2,36% à 4,12 euros).

La filière du BTP saluait l'annonce par la ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du logement, d'une enveloppe de 4 à 5 milliards d'euros prévue pour le secteur dans le cadre du futur plan de relance. Bouygues avançait de 1,13% à 32,25 euros et Vinci  de 1,52% à 81,72 euros.

SoLocal (ex-Pages Jaunes) perdait 3,06% à 0,10 euro sous le coup d'un chiffre d'affaires en repli de 16% sur un an au premier semestre à 245 millions d'euros.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.