La Bourse de Paris progresse d'un bon pas (+0,87%)

La Bourse de Paris progresse d'un bon pas (+0,87%)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le mardi 25 août 2020 à 13h12

La Bourse de Paris évoluait toujours en hausse mardi à mi-séance (+0,87%), portée par un réchauffement des relations commerciales entre la Chine et les États-Unis en plus des espoirs d'avancées médicales contre le Covid-19.

A 12H50 (10H50 GMT), l'indice CAC 40 avançait de 43,68 points à 5.051,57 points. La veille, il avait gagné 2,28%.

Wall Street était également d'humeur positive: le contrat à terme de l'indice vedette, le Dow Jones, progressait de 0,55%, celui de l'indice élargi S&P 500 de 0,36% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,14%. 

Deux informations ont poussé la cote parisienne nettement dans le vert en éloignant le spectre d'un essoufflement durable de l'activité économique.

Dans la nuit, les responsables chinois et américains ont publié des communiqués rassurants sur leur volonté de tenir leurs engagements conclus lors de l'accord commercial de janvier. Le vice-Premier ministre chinois Liu He et le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin se sont parlé au téléphone. 

"C'est un élément important pour le commerce mondial alors que ce dernier souffre du ralentissement économique", note Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance. 

En plus de l'activité encore convalescente, des mesures de restriction de circulation sont de nouveau mises en place en Europe. Dernier exemple en date, l'Allemagne a placé les régions Ile-de-France (Paris) et Provence-Alpes-Côte-d'Azur en zones à risque en raison de l'augmentation du nombre de contaminations de Covid-19. Une quarantaine est donc obligatoire jusqu'au résultat d'un test pour les personnes arrivant en Allemagne depuis l'une de ces régions. 

Deuxième élément haussier, les espoirs sur le développement d'une solution médicale à grande échelle, qui sont alimentés par l'autorisation en urgence accordée par l'Agence américaine du médicament à un traitement au plasma sanguin contre le virus. L'efficacité de ce traitement est pourtant toujours débattue.

"Les investisseurs se réjouissent de chaque progrès réalisé dans la lutte contre le Covid-19, et sont convaincus que la plupart des pays ne réintroduiront pas les restrictions sur la vie quotidienne", juge Milan Cutkovic, analyste d'AxiCorp.

L'espoir de normalisation permet de laisser derrière les chutes historiques des produits intérieurs brut au deuxième trimestre, dont les chiffres ont été publiés mardi pour la Norvège (-6,3%) et en Allemagne pour les données révisées (-9,7%, chute moins importante que la première estimation). 

D'autant plus que le moral des entrepreneurs allemands, qui donne un avant-goût de l'activité économique, a progressé pour le quatrième mois consécutif en août. 

Dans l'après-midi, les investisseurs surveilleront la publication sur la confiance des consommateurs aux Etats-Unis ainsi que celle des ventes de maisons neuves.

Comme lundi, les valeurs cycliques, les plus sensibles à la conjoncture, bénéficiaient en premier lieu de la tendance.

Parmi les plus fortes progressions, Accor montait de 4,03% à 25,54 euros, Unibail-Rodamco-Westfield de 3,45% à 42,02 euros et Renault de 1,69% à 24,92 euros.

Le groupe de luxe LVMH profitait de son côté (+1,27% à 398,40 euros) du report de trois mois mis en place avec le joaillier américain Tiffany pour finaliser leur dossier de rapprochement. 

Schneider Electric, principal actionnaire de l'éditeur britannique de logiciels Aveva, profitait (+1,52% à 106,85 euros) de l'accord pour le rachat par sa filiale de son concurrent américain OSIsoft, une transaction saluée par le groupe français. 

A l'inverse, le leader mondial de l'optique EssilorLuxottica reculait nettement de 0,72% à 111,05 euros, au lendemain d'un revers judiciaire sur une demande d'information sur la gestion de la crise du Covid-19 par GrandVision, qu'il envisage de racheter. EssilorLuxottica envisage un recours.   

Sur le SBF 120, Aperam était en tête (+4,58% à 25,78 euros), après le relèvement de sa recommandation à "surpondérer" par les analystes de JP Morgan.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.