La Bourse de Paris prudemment optimiste (+0,37%)

La Bourse de Paris prudemment optimiste (+0,37%)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le lundi 14 décembre 2020 à 18h09

La Bourse de Paris a clôturé en hausse de 0,37% lundi, attendant la suite des négociations autour du Brexit et du plan de relance économique aux Etats-Unis. 

L'indice CAC 40 a gagné 20,29 points pour terminer la séance à 5.527,84 points. Vendredi, il avait perdu 0,76%. 

La cote parisienne s'est une fois encore essoufflée en fin de séance, alors qu'elle a évolué autour des 5.560 points la majeure partie de la journée. 

Le début de la cotation a principalement été guidé par un "rattrapage" de la fin de la semaine précédente "où après avoir bien tenu, le marché avait un peu reculé", analyse Thierry Claudé, gérant de Kiplink Finance.

Pour nourrir la reprise, les investisseurs ont pu s'appuyer sur le nouveau report des négociations sur les relations post-Brexit entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. 

Les deux parties ont décidé dimanche de prolonger le délai des discussions, n'étant pas parvenues à un accord à l'échéance précédemment impartie. Le Royaume-Uni doit officiellement quitter l'UE le 31 décembre. 

Aux Etats-Unis, une infirmière new-yorkaise a été la première personne lundi à avoir bénéficié d'une injection du vaccin développé par Pfizer et la biotech allemande BioNTech. L'évènement a marqué le lancement d'une vaste compagne de vaccination contre le Covid-19.

Par ailleurs, les négociations ont continué sur un plan de relance économique aux Etats-Unis, avec l'espoir de voir voter une proposition de loi dans la semaine pour les sujets consensuels. 

Les marchés "sont toujours en train de digérer le fort rallye haussier de novembre", ajoute M. Claudé. 

"Personne n'a envie d'investir à 15 jours de la fin de l'année, donc les investissements peuvent être reportés à janvier. D'autant plus que l'année a été très volatile et que la terminer entre 5.500 et 5.600 points était inespéré pendant un long moment", complète-t-il. 

Enfin, les investisseurs sont dans l'attente de la dernière réunion de l'année de la réserve fédérale américaine, prévue au milieu de semaine.

Les bancaires rebondissent

Après une semaine compliquée notamment en raison de l'incertitude autour du Brexit, les valeurs bancaires ont nettement rebondi. Elles attendent aussi une décision de la Banque centrale européenne sur la levée ou non de l'interdiction de verser des dividendes aux actionnaires. 

BNP Paribas a gagné 2,40% à 44,15 euros, Société Générale 1,88% à 16,99 euros et Crédit agricole 1,80% à 10,49 euros. 

EDF espère une centrale en Angleterre

EDF a gagné 0,49% à 12,37 euros. Le gouvernement britannique a annoncé lundi qu'il allait entamer des discussions avec le géant énergétique français pour la construction d'une nouvelle centrale nucléaire Sizewell C dans le Suffolk, sur la côte est anglaise.

Kering à la traîne du luxe

Poids lourd de la cote, LVMH a tiré l'indice parisien vers le haut avec une progression de 1,76% à 509,20 euros. Hermès a aussi eu les faveurs des investisseurs (+1,15% à 844,60). 

Au contraire, Kering a cédé 1,64% à 564,10 euros. Depuis le début du mois de décembre, l'entreprise affiche la troisième baisse la plus importante du CAC 40, les investisseurs étant un peu moins confiants sur les perspectives de reprise, notamment pour la marque-phare Gucci.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.