La Bourse de Paris rebondit in extremis (+0,11%)

La Bourse de Paris rebondit in extremis (+0,11%)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le vendredi 15 mai 2020 à 18h23

La Bourse de Paris a fini sur un léger sursaut vendredi (+0,11%) après avoir beaucoup tergiversé devant des indicateurs mitigés, mettant fin de justesse à quatre séances de recul en dépit des rivalités sino-américaines.

L'indice CAC 40 a pris 4,50 points pour terminer à 4.277,63 points, dans un faible volume d'échanges de 2,8 milliards d'euros. La veille, l'indice parisien avait reculé de 1,65%.

Depuis le 1er janvier, le marché parisien a perdu 28,4%. Il affiche un repli hebdomadaire de 6%.

La cote parisienne a fait du yo-yo vendredi. 

"Ce qui a fait un temps remonter le marché dans l'après-midi, ce sont les chiffres américains de production industrielle et de confiance des consommateurs qui sont meilleurs que prévu", a expliqué à l'AFP Daniel Larrouturou, gérant actions chez Dôm Finance.

En avril, la production industrielle a chuté de 11,2% en avril, la plus forte baisse mensuelle de l'histoire de cet indice, mais les analystes s'attendaient à pire (-12,1%).

En outre, la confiance des consommateurs s'est améliorée début mai aux Etats-Unis, les ménages ayant reçu des aides gouvernementales pour faire face à l'impact économique de la pandémie de Covid-19.

"Les investisseurs y voient des motifs d'espoir car cela pourrait signifier que la consommation va reprendre avec une certaine vigueur aux Etats-Unis une fois la période de confinement terminé", commente M. Larrouturou.

Mais "il y a aussi des considérations techniques" à ce rebond qui intervient après quatre séances de baisse, souligne-t-il.

Car la séance a été arrosée d'un ensemble de nouvelles mitigées. 

Si la Chine voit sa production industrielle grimper de 3,9% en avril sur un an, un rebond meilleur qu'attendu, ses ventes de détail ont chuté à nouveau.

Et l'Allemagne est officiellement entrée en récession au premier trimestre, avec une chute de 2,2% de son produit intérieur brut (PIB) provoquée par la pandémie.

Sur le front commercial, "les tensions accrues entre les Etats-Unis et la Chine ont causé de la nervosité sur les marchés" dans la deuxième moitié de la séance, souligne David Madden, analyste chez CMC Markets.

L'administration Trump a annoncé vendredi une série de mesures pour brider la capacité de Huawei, qu'elle considère comme une menace pour la sécurité nationale, de développer des semiconducteurs à l'étranger avec de la technologie américaine.

Le ton est également monté entre Bruxelles et Londres, très loin d'un accord sur leur relation post-Brexit après un troisième cycle de négociation jugé "très décevant" et sans progrès majeur.

- Sanofi en repli -

En matière de valeurs, Sanofi a reculé de 1,09% à 87,22 euros malgré une ouverture positive. Le groupe est au centre d'une intense polémique depuis qu'il a annoncé qu'il servirait en priorité les États-Unis. L'Elysée a fait savoir dans la soirée qu'Emmanuel Macron recevrait le directeur général, Paul Hudson, mardi, pour en discuter.

Eutelsat a grimpé pour sa part de 7,40% à 9,67 euros. L'opérateur européen de satellites prévoit un impact "limité" de la crise sur son chiffre d'affaires, et maintient ses objectifs révisés en avril.

Ubisoft a légèrement souffert (-0,14% à 69,08 euros) de l'abaissement de ses prévisions à cause des incertitudes liées à la crise, là où les analystes attendaient moins de prudence.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.