La Bourse de Paris rebondit nettement

La Bourse de Paris rebondit nettement
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le lundi 01 mars 2021 à 09h40

La Bourse de Paris grimpait de 1,54% lundi matin, effaçant ses pertes de vendredi grâce à une accalmie sur le front obligataire, l'autorisation d'un nouveau vaccin anti-Covid aux Etats-Unis et une première étape dans l'adoption du plan de relance américain.

La Bourse de Paris grimpait de 1,54% lundi matin, effaçant ses pertes de vendredi grâce à une accalmie sur le front obligataire, l'autorisation d'un nouveau vaccin anti-Covid aux Etats-Unis et une première étape dans l'adoption du plan de relance américain.

Vers 09H18, l'indice vedette CAC 40 progressait de 87,58 points à 5.790,80 points. Vendredi, il avait reculé de 1,39%, portant ses pertes sur la semaine à 1,20%.

Ce regain d'optimisme "semble être le résultat d'une pause dans la hausse des rendements, les marchés obligataires se stabilisant après l'agitation observée à la fin du mois dernier", indique Michael Hewson, analyste en chef chez CMC Markets UK.

Le taux d'emprunt américain à dix ans, après être monté jusqu'à plus de 1,50% jeudi, est redescendu autour de 1,41% vendredi. De son côté, le taux français de même échéance, après être passé au-dessus de la barre de 0% jeudi pour la première fois depuis neuf mois, évoluait autour de -0,05% ce lundi.

Aux Etats-Unis, "le plan de soutien à 1.900 milliards de dollars a été voté à la Chambre des représentants samedi, ce qui devrait permettre de soutenir un rebond des marchés à court terme", note pour sa part Vincent Boy, analyste marché chez IG France.

Par ailleurs, une autorisation en urgence a été accordée samedi outre-Atlantique au vaccin de Johnson & Johnson contre le Covid-19 pour les personnes âgées de 18 ans et plus.

Ce vaccin unidose, qui peut être stocké à des températures de réfrigérateur, devrait être approuvé par l'Agence européenne du médicament début mars, et distribué à partir de fin mars ou début avril, selon la ministre française déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher.

Du côté des indicateurs, l'activité manufacturière en Chine a connu en février son plus faible rythme de croissance en neuf mois, pénalisée par les conséquences du Covid-19 qui ont pesé sur la demande et les chaînes d'approvisionnement.

En France, les ventes d'automobiles neuves ont reculé en février de 20,95% sur un an, a annoncé lundi le comité des constructeurs (CCFA).

Eurofins Scientific en forme

Le géant français des laboratoires d'analyses montait de 1,85% à 75,00 euros après avoir vu son bénéfice net quasiment tripler en 2020 grâce à une forte activité liée à la pandémie de Covid-19, a-t-il annoncé lundi, confirmant son optimisme pour la période à venir.

L'automobile remonte

Renault prenait 1,74% à 37,77 euros et Stellantis gagnait 1,55% à 13,63 euros. Le premier a vu ses ventes de voitures reculer de 22% à 28.376 véhicules en février sur un an, avec une forte baisse de la marque Renault (-35%) mais une très bonne performance de Dacia (+26%). Peugeot (groupe Stellantis) est resté en tête des ventes avec 26.750 véhicules écoulés (-17%), porté par ses 208 et 2008.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.