La Bourse de Paris recule de 0,10% rendue nerveuse par la Fed et la spéculation

La Bourse de Paris recule de 0,10% rendue nerveuse par la Fed et la spéculation
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 28 janvier 2021 à 12h48

La Bourse de Paris baissait de 0,10% à la mi-séance jeudi, affaiblie par des commentaires pessimistes du patron de la banque centrale américaine à l'issue d'une réunion, et déboussolée par des mouvements spéculatifs dans le sillage de l'affaire Gamestop aux Etats-Unis. 

L'indice CAC 40 perdait 5,28 points à 5.454,34 points au lendemain d'un recul de 1,16% et de la plus forte chute de Wall Street depuis octobre.

Jeudi, Wall Street se dirigeait vers une ouverture en dents de scie: les contrats à terme laissaient présager une baisse de 0,18% sur le Dow Jones et de 0,67% concernant le Nasdaq, tandis que le S&P 500 se préparait à monter de 0,12%.

"L'incertitude sur les perspectives économiques reste importante", soulignent les analystes d'Aurel BGC.

A l'issue d'une réunion mercredi, la Fed a diagnostiqué un "affaiblissement" de l'activité de l'emploi ces derniers mois et un "long chemin avant une pleine reprise économique".

Alors que le chiffre de la récession pour 2020 aux Etats-Unis doit être publié dans la journée, la Fed prévoit une contraction de 2,5%, comme en 2009, selon une estimation publiée en décembre. Or certains économistes sont encore plus pessimistes.

Le coupable de cette situation, le Covid-19, peine toujours à être contenu.

Plus de 18.000 décès ont été recensés en 24 heures dans le monde, un nouveau record, selon un comptage réalisé mercredi en milieu de journée par l'AFP à partir des bilans communiqués par les autorités sanitaires.

Egalement très commentée par les intervenants du marché comme l'une des sources de l'apathie ambiante, les conséquences de l'affaire Gamestop, qui passionne autant qu'elle effraie le monde financier.

Un groupe de boursicoteurs aux Etats-Unis, avides de paris financiers risqués, a remporté sa bataille contre des investisseurs très aguerris qui pariaient à la baisse sur le titre américain.

Le titre s'est envolé de plus de 1.000% depuis le début du mois. 

Dans le sillage de cette affaire, "de très gros fonds d'investissement ont vendu des actions (...) pour éponger les pertes enregistrées sur des titres sur lesquels ils avaient parié à la baisse", résume Michael Hewson, analyste en chef pour CMC Markets UK.

Les suites de cette affaire sont scrutées à la loupe car elle entraînait une forte volatilité sur d'autres entreprises faisant l'objet de paris à la baisse, dont les françaises Klepierre et Unibail-Rodamco-Westfield, qui ont bondi de plus de 21% mercredi et reculaient d'environ 3% peu après l'ouverture jeudi.

STMicroelectronics voit son bénéfice grimper

Le fabricant de composants électroniques STMicroelectronics (+5,49% à 33,26 euros) a vu son bénéfice net grimper de 7,2% en 2020 à 1,11 milliard de dollars, soutenu notamment par la demande mondiale en semi-conducteurs. 

Elior plonge

Le groupe de restauration collective Elior (-13,49% à 5,07 euros) affichait les plus fortes pertes du SBF 120 après avoir publié un chiffre d'affaires en recul de près de 28% au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021.

Valneva prépare son vaccin

La biotech franco-autrichienne (+5,04% à 9,59 euros) a annoncé jeudi avoir initié la production de son candidat-vaccin contre le Covid-19, encore en phase d'essais cliniques, afin d'optimiser son calendrier de livraisons potentielles.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.