La Bourse de Paris recule de 0,89%, les valeurs tech souffrent

AFP, publié le mardi 04 mai 2021 à 18h28

La Bourse de Paris a fini en repli de 0,89% mardi, affectée par le recul des valeurs technologiques dans un contexte de valorisations élevées, et par les risques inflationnistes.

La Bourse de Paris a fini en repli de 0,89% mardi, affectée par le recul des valeurs technologiques dans un contexte de valorisations élevées, et par les risques inflationnistes.

L'indice CAC 40 a perdu 56,15 points à 6.251,75 points, au lendemain d'une progression de 0,61%.

"Même avec des résultats d'entreprises au top, le marché a besoin de carburant pour aller beaucoup plus haut", observe Yann Azuelos, gestionnaire de portefeuilles chez Mirabaud France. Et le recul, à Wall Street, de l'indice à forte coloration technologique Nasdaq a fait "accélérer le mouvement de repli sur les valeurs européennes".

Aussi, alors que les économies redémarrent fort dans certaines régions du globe, "des inquiétudes liées au risque d'inflation, aux pénuries de semi-conducteurs, aux hausses de prix des matières premières agricoles" subsistent, ajoute le spécialiste.

Faute de statistiques majeures à l'agenda de ce mardi, en dehors des mauvais chiffres de la balance commerciale des Etats-Unis pour mars, l'attention des investisseurs semblait surtout focalisée sur la publication des chiffres de l'emploi américain pour avril, attendus vendredi.

Prises de bénéfices dans la tech

A Paris, Worldline (-2,66%), Dassault Systèmes (-2,64%) et STMicroelectronics (-2%) ont suivi le mouvement de vente outre-Atlantique sur les valeurs technologiques qui ont publié des résultats stratosphériques.

Dassault Aviation décolle

Dassault Aviation a grimpé de 3,46% à 942 euros, porté par une commande de 30 avions de combat Rafale par Le Caire pour quelque 4 milliards d'euros.

Total profite des cours du brut

Le titre du géant pétrolier a profité (+1,14% à 37,67 euros) de la hausse des prix de l'or noir, n'échappant pas à la hausse généralisée des matières premières.

Par ailleurs, un montage financier autour d'un gazoduc exploité par Total en Birmanie aurait permis de diriger depuis des années des centaines de millions de dollars des ventes de gaz directement vers les militaires de ce pays, au détriment de l'Etat birman, selon le journal Le Monde qui cite mardi plusieurs documents.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.