La Bourse de Paris recule de 1,11%, abandonne de nouveau les 5.000 points

La Bourse de Paris recule de 1,11%, abandonne de nouveau les 5.000 points
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le lundi 31 août 2020 à 18h18

La Bourse de Paris a terminé en nette baisse de 1,11% lundi, manquant d'impulsion pour se maintenir au-dessus du cap symbolique des 5.000 points qu'elle avait regagné la semaine passée.

L'indice CAC 40 a perdu 55,72 points à 4.947,22 points. Sur l'ensemble du mois d'août, la performance reste bonne puisque le CAC progresse de 3,42%, profitant surtout du rebond observé après une fin de mois de juillet mauvaise et marquée par les résultats d'entreprises.

Le marché "est dans la lignée de ce qu'on a connu pendant la période estivale", souligne toutefois auprès de l'AFP Thierry Claudé, gérant chez Kiplink Finance, pointant le peu d'informations à la disposition des investisseurs. Les volumes d'échanges sont remontés à la fin de la séance, atteignant 3 milliards d'euros, en augmentation par rapport aux dernières semaines.

La baisse pourrait s'expliquer par "des dégagements de dernières minutes en raison de la fin du mois", selon M. Claudé. 

Principale animation de la journée, "la proposition de Véolia de racheter à Engie 29,9% de Suez", estime M. Claudé. Le géant du traitement de l'eau et des déchets a transmis une offre ferme de 2,9 milliards d'euros. 

Annoncé dimanche, le mouvement a été salué par les marchés et a profité aux trois titres: sur le CAC, Véolia a pris 5,73% à 20,20 euros, et Engie 4,61% à 11,66 euros. Coté sur l'indice SBF 120, Suez a bondi de 18,50% à 14,51 euros.

"Il est surprenant que les trois titres montent dans une telle opération", note M. Claudé. Le gain du jour de Véolia, particulièrement touché par la crise sanitaire, peut aussi être expliqué par "un effet de rattrapage", note le spécialiste. 

La journée a été pauvre en statistiques. Les investisseurs ont bien accueilli le bond de la production industrielle de 8% en juillet au Japon, une hausse nettement supérieure aux attentes qui confirme la reprise économique dans le pays.

Cette semaine, leur attention sera tournée vers les chiffres de l'emploi américain qui sont publiés vendredi.

En France, le plan de relance de 100 milliards d'euros doit être présenté jeudi.

La semaine passée, les marchés ont été rassurés par la banque centrale américaine, qui avait assuré continuer sa politique monétaire accommodante. 

- Natixis pénalisée par H2O - 

Parmi les autres valeurs, la banque Natixis a fortement souffert (-6,07% à 2,31 euros) de l'actualité de sa filiale britannique de gestion d'actifs H2O. Elle a annoncé vendredi avoir suspendu huit de ses fonds en raison "d'incertitudes de valorisation" affectant certains des titres dans lesquels ils sont investis. 

Le secteur aéronautique continue d'être affecté par les restrictions de circulation en raison de l'aggravation de la situation sanitaire en Europe. Safran a reculé de 5,11% à 97,02 euros, Airbus de 3,64% à 68,84 euros et Air France-KLM de 4,11% à 3,78 euros.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.