La Bourse de Paris renoue avec les inquiétudes (-0,67%)

La Bourse de Paris renoue avec les inquiétudes (-0,67%)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 21 janvier 2021 à 18h32

La Bourse de Paris a reculé de 0,67% jeudi à la clôture, dans le sillage d'une réunion de la Banque centrale européenne sans surprise, mais lors de laquelle les dirigeants se sont montrés inquiets quant à la virulence de la pandémie.

L'indice vedette CAC 40 a reculé de 37,65 points à 5.590,79 points, après avoir passé pratiquement toute la séance dans le rouge.

Les gardiens de l'euro ont opté jeudi pour le statu quo concernant leur panoplie d'outils anti-crise sensiblement renforcés lors de leur dernière réunion de décembre.

La principale arme de la BCE, le programme d'achat d'urgence face à la pandémie (PEPP) lancé en mars pour maintenir des conditions de financement favorables, continue de porter sur 1.850 milliards d'euros à dépenser d'ici mars 2022.

"On ne s'attendait pas à des annonces fortes, on savait que Madame Lagarde serait sur la réserve, ce n'est pas une surprise", analyse Thierry Claudé, gérant pour Kiplink Finance.

L'institution de Francfort a toutefois fait part de son inquiétude quant au "risque sérieux" que fait peser sur la reprise la virulence de la pandémie.

Avec une hausse sensible des contaminations mercredi en France, les germes d'un possible troisième confinement sont plantés dans l'Hexagone.

"C'est cornélien pour l'État, mais on a compris qu'il ne voulait pas pas lâcher l'économie", rassure Thierry Claudé.

Argan a avancé de 2,04% à 90,20 euros, fort de bénéfices qui ont augmenté l'an dernier. Le groupe immobilier spécialiste des entrepôts a promis mercredi une nouvelle progression en 2021, son activité échappant aux effets de la crise économique liée à la pandémie.

Les autres foncières ont en revanche pesé sur la cote, à l'instar d'Unibail-Rodamco-Westfield (-8,39% à 55,50 euros), plus forte baisse de l'indice CAC 40, ou encore de Klépierre (-6,52% à 16,92 euros).

Pierre et Vacances a souffert (-3,93% à 11,00 euros), le numéro un européen des résidences de loisirs ayant vu son activité divisée par deux au premier trimestre de son exercice décalé 2020-2021.

L'exploitant du Tunnel sous la Manche Getlink a reculé de 2,99% à 13,29 euros après la chute de son chiffre d'affaires de 25% à cause de la crise sanitaire en 2020, à 816 millions d'euros. Le groupe a été particulièrement affecté par la débâcle des trains à grande vitesse Eurostar.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.