La Bourse de Paris repart de l'avant peu après l'ouverture

La Bourse de Paris repart de l'avant peu après l'ouverture
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le mercredi 10 mars 2021 à 09h57

La Bourse de Paris repartait en territoire positif mercredi matin, en vue de l'adoption définitive prévue dans la journée du plan de relance américain de 1.900 milliards de dollars par le Congrès.

La Bourse de Paris repartait en territoire positif mercredi matin, en vue de l'adoption définitive prévue dans la journée du plan de relance américain de 1.900 milliards de dollars par le Congrès.

Après une ouverture en repli, l'indice parisien prenait 0,17%, soit 10,21 points, à 5.935,18 points à 09H30, à la suite de deux séances positives consécutives.

Alors que le Congrès américain devrait adopter mercredi le plan de relance colossal voulu par Joe Biden pour sortir de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19 et doper la croissance, certains économistes mettent en garde contre le risque d'inflation.

"En attendant la réunion de la Banque centrale européenne jeudi, qui sera le point d'orgue de la semaine boursière, toute l'attention va se porter sur la publication de l'inflation aux Etats-Unis au mois de février", souligne Christopher Dembik, directeur associé chez Berenberg.

En cas de fort rebond de l'indice des prix à la consommation, "il y a fort à craindre que les anticipations d'inflation vont encore progresser, ce qui risque de créer de sérieuses tensions sur les taux de rendement du marché obligataire", poursuit-il.

De quoi accroître la pression sur la Banque centrale européenne qui devra, selon lui, "faire preuve de détermination demain pour convaincre les opérateurs de sa capacité à contenir toute hausse durable des taux", jeudi lors de sa deuxième réunion de l'année.

Les rendements des bons du Trésor américain et autres obligations souveraines ont reflué mardi mais la "configuration de marché (qui) reste dominée par les évolutions du marché obligataire", observe l'expert.

D'autant que la hausse des prix à la production en Chine qui s'est inscrite en février à son niveau le plus élevé depuis novembre 2018, est venue s'ajouter aux craintes d'accélération d'inflation.

Concernant les données françaises, la production industrielle a rebondi de 3,3% sur un mois en janvier, après le recul de novembre et décembre dû au deuxième confinement, a indiqué mercredi l'Insee.

Par rapport à février 2020, dernier mois avant le premier confinement, la production industrielle reste en retrait de 1,7%.

Alstom quitté par Bouygues

Alstom perdait 1,86% à 42,27 euros après que Bouygues (-0,43% à 34,62 euros) a annoncé la cession de la moitié de sa participation dans le constructeur ferroviaire pour plus de 500 millions d'euros, pour ne garder que 3,12% du capital.

Un plus pour un moins chez Stellantis

La marque Peugeot ne retournera finalement pas sur le marché américain, comme l'envisageait la marque au lion il y a quelques années, selon des informations d'Automotive News confirmées mardi par Stellantis. En tête du CAC 40, le titre du constructeur avançait de 1,66% à 14,98 euros.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.