La Bourse de Paris reprend des couleurs mais reste prudente (+1,27%)

La Bourse de Paris reprend des couleurs mais reste prudente (+1,27%)

AFP, publié le vendredi 07 décembre 2018 à 13h36

La Bourse de Paris reprenait des couleurs vendredi à la mi-journée (+1,27%), sans pour autant effacer l'ensemble de ses pertes de la veille, la prudence restant de mise dans un contexte géopolitique chargé.

A 13H20 (12H20 GMT), l'indice CAC 40 gagnait 60,72 points à 4.841,18 points dans un volume d'échanges de 1,3 milliard. La veille, il avait fini en très forte baisse de 3,32%.

Après avoir ouvert en hausse, la cote parisienne a poursuivi sa route dans le vert, effaçant une partie de ses pertes de jeudi.

Wall Street se préparait en revanche à ouvrir en terrain négatif. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 0,50%, celui de l'indice élargi S&P 0,49% et celui du Nasdaq, à dominante technologique, 0,54%.

"Il y a eu une vague d'achats d'actions européennes suivant l'impressionnant retournement des marchés américains", a commenté David Madden, un analyste de CMC Markets.

A Wall Street jeudi, le Dow Jones, n'a finalement cédé que 0,32% à 24.947,67 points, après avoir perdu jusqu'à 3,14% en cours de séance, dans le sillage de l'arrestation au Canada, sur demande des Etats-Unis, d'une haute dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, suscitant l'ire de Pékin.

Les investisseurs américains ont été rassérénés par un article du Wall Street Journal prédisant que la Réserve fédérale américaine (Fed)  allait augmenter ses taux moins vite en 2019.

Ce retournement de situation "souligne la volatilité des marchés et la nervosité des investisseurs", a estimé M. Madden.

"L'extrême volatilité incite à la prudence", a observé de son côté Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

- Cap sur l'emploi américain -

Outre l'actualité géopolitique, les investisseurs se concentraient sur une série de statistiques.

"Le rapport (américain) sur l'emploi sera l'élément essentiel de cette séance", a indiqué M. Pichard.

Outre ce rapport, les investisseurs prendront connaissance des crédits à la consommation pour octobre aux Etats-Unis.

En France, la production industrielle a augmenté de 1,2% sur un mois en octobre, rebondissant après la baisse de 1,6% en septembre, mais en Allemagne, elle a reculé de 0,5%, après la petite hausse  (+0,1%) de septembre.

A Vienne, l'Opep retrouve vendredi ses partenaires, dont la Russie, pour débattre d'une possible baisse commune de leur production de pétrole afin d'enrayer la chute des cours depuis deux mois, alors que le cartel a échoué jeudi à s'accorder sur le sujet.

Sur le front des valeurs, le secteur pétrolier restait sous pression tandis que les prix du baril se stabilisaient. TechnipFMC perdait 0,63% à 19,09 euros, Vallourec cédait 2,55% à 1,88 euros et CGG se repliait de 1,61% à 1,22 euros.

Les valeurs technologiques, en première ligne du décrochage des indices jeudi, évoluaient en ordre dispersé. Soitec prenait 0,90% à 49,38 euros et Atos 1,95% à 68,90 euros tandis que STMicroelectronics baissait de 0,74% à 12,02 euros.

Renault montait de 1,24% à 58,07 euros. Le bureau des procureurs de Tokyo a décidé d'inculper Carlos Ghosn, le patron de Renault-Nissan soupçonné d'avoir dissimulé une partie de ses revenus, ainsi que le groupe Nissan en tant qu'entité morale, rapporte le quotidien économique Nikkei.

Air France grignotait 0,33% à 9,19 euros alors qu'une nouvelle équipe a été élue à la tête du SNPL Air France, premier syndicat de pilotes au sein de la compagnie française, au moment où des négociations propres aux pilotes sont en cours.

Vinci prenait 2,09% à 72,48 euros. Eurovia, sa filiale de travaux routiers a remporté dans le cadre d'un groupement un contrat de 403 millions de dollars (354 M EUR) aux Etats-Unis.

Oeneo prenait 2,09% à 8,32 euros alors que le fabricant français de bouchons et tonneaux a annoncé une forte baisse de son bénéfice 2018-2019 au premier semestre, un recul imputable en premier lieu à une flambée des coûts du liège.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.