La Bourse de Paris reste positive en attendant l'inflation américaine

La Bourse de Paris reste positive en attendant l'inflation américaine
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le mercredi 10 mars 2021 à 12h49

La Bourse de Paris poursuivait sa dynamique haussière mercredi à mi-séance, en attendant des chiffres de l'inflation américaine décisifs dans le contexte de récente envolée des taux obligataires.

La Bourse de Paris poursuivait sa dynamique haussière mercredi à mi-séance, en attendant des chiffres de l'inflation américaine décisifs dans le contexte de récente envolée des taux obligataires.

Après une ouverture en repli, l'indice parisien a vite repris sa trajectoire haussière et avançait de 0,37%, soit 21,74 points, à 5.946,71 points à 12H30, à la suite de deux séances positives consécutives.

Alors que le Congrès américain devrait adopter mercredi le plan de relance colossal voulu par Joe Biden pour sortir de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19 et doper la croissance, certains économistes mettent en garde contre le risque d'inflation.

Dans ce contexte, l'indice des prix à la consommation pour février, qui sera publié à 13H30 GMT, s'annonce déterminant pour la suite de la séance.

"Les économistes tablent sur une hausse de 0,4%. Un chiffre supérieur risque de conforter le scénario d'une accélération des prix qui pourrait conduire à de nouvelles tensions sur les taux, et par conséquent, sur les actions", indique Franklin Pichard, directeur de Kiplink Finance.

D'autant que la hausse des prix à la production en Chine, qui s'est inscrite en février à son niveau le plus élevé depuis novembre 2018, est venue s'ajouter aux craintes d'accélération de l'inflation.

De leur côté, "les négociants en valeurs énergétiques prêteront une attention particulière aux données sur les stocks de pétrole brut, qui pourraient entraîner une plus grande volatilité du marché à l'égard des minières, des valeurs cycliques et des constructeurs automobiles", ajoute Pierre Veyret, analyste chez ActivTrades.

En France, les nouvelles ont été rassurantes avec le rebond de 3,3% de la production industrielle sur un mois en janvier, après le recul de novembre et décembre dû au deuxième confinement.

Alstom quitté par Bouygues

Alstom perdait 1,58% à 42,39 euros. Bouygues (+0,17% à 34,83 euros) a annoncé la cession de la moitié de sa participation dans le constructeur ferroviaire pour plus de 500 millions d'euros, pour ne garder que 3,12% du capital.

Prises de bénéfices sur la tech

En dépit de la plus forte progression quotidienne du Nasdaq depuis novembre (+3,69%), les valeurs du secteur étaient délaissées au profit des valeurs défensives. Worldline lâchait 0,91% à 74,28 euros, STMicroelectronics (-1,34% à 29,49 euros) et Atos (-0,31% à 64,42 euros).

Maisons du Monde dans le rouge

Le titre (-4,78% à 17,71 euros) évoluait en bas du SBF 120, sanctionné par une perte nette de 16,1 millions d'euros en 2020. Le distributeur de meubles et d'objets de décoration va cependant rembourser son prêt garanti par l'Etat et prévoit de verser un dividende.

Jacquet Metals fait des étincelles

Le titre grimpait de 3,74% à 18,86 euros. Le distributeur d'aciers spéciaux est resté nettement bénéficiaire en 2020, en dépit des turbulences connues par ses marchés, à la faveur d'un redressement du prix des matières premières en fin d'exercice.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.