La Bourse de Paris reste sur ses gardes face à l'incertitude politique (-0,17%)

La Bourse de Paris reste sur ses gardes face à l'incertitude politique (-0,17%)
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018

AFP, publié le vendredi 16 novembre 2018 à 18h02

La Bourse de Paris a terminé en léger repli vendredi (-0,17%), les investisseurs restant sur la défensive dans un contexte assombri par l'incertitude politique, liée en particulier au Brexit.

L'indice CAC 40 a perdu 8,42 points à 5.025,20 points dans un volume d'échanges nourri de 3,9 milliard d'euros. La veille, il avait fini en baisse de 0,70%.

Au cours de la semaine écoulée, la place a lâché 1,60%, tandis qu'elle s'est enfoncée de 5,41% depuis le 1er janvier.

La cote parisienne, qui a ouvert en hausse vendredi, a vu ses gains s'éroder au fil de la matinée, rejoignant le rouge pour l'ensemble de l'après-midi.

"La séance a été assez volatile, l'indice connaît des amplitudes beaucoup plus fortes en ce moment", a commenté auprès de l'AFP Yann Azuelos, gestionnaire de portefeuilles chez Mirabaud France.

Les marchés sont notamment ballottés au gré des rebondissements liés au projet d'accord sur le Brexit.

"Il y a un focus sur le Brexit, le marché n'aime pas l'incertitude, mais il sera fixé sur le devenir de Theresa May" et de son projet d'accord dans les prochains jours, a souligné M. Azuelos.

La Première ministre britannique a obtenu vendredi une bouffée d'oxygène dans sa défense acharnée du projet d'accord, avec le soutien appuyé de deux poids lourds europhobes de son gouvernement, au lendemain d'une cascade de défections.

A cela s'ajoute également le bras de fer entre la Commission européenne et Rome autour du budget, que la coalition populiste italienne refuse d'amender.

Du côté des indicateurs, le taux d'inflation annuel dans la zone euro s'est accéléré en octobre pour atteindre 2,2%, a confirmé vendredi Eurostat. En Italie, les prix à la consommation ont augmenté de 1,6% en octobre sur un an, poursuivant la tendance constatée depuis mai.

Aux Etats-Unis, la production industrielle a faiblement progressé en octobre, moins que ne le prévoyaient les analystes.

Sur le front des valeurs, Vivendi a gagné 3,09% à 21,67 euros, dopé par un chiffre d'affaires de 3,38 milliards d'euros au troisième trimestre, soit une augmentation de 5,5% en un an, portée notamment par la performance de sa filiale Universal Music Group (UMG).

Bolloré a progressé de 2,31% à 3,81 euros alors que le chiffre d'affaires du groupe diversifié (médias, transport, logistique, stockage d'énergie) a progressé de 9% au troisième trimestre, porté par ses activités de transport de fret et de logistique pétrolière.

Vallourec, à l'inverse, s'est écroulé de 32,17% à 2,61 euros, malgré une réduction de sa perte nette au troisième trimestre, lesté par des inquiétudes sur sa trésorerie. 

CNP Assurances a cédé 0,70% à 19,98 euros. Le groupe a annoncé une hausse de son bénéfice net sur les neuf premiers mois de l'année, soutenu entre autres par une dynamique porteuse en assurance-vie.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.