La Bourse de Paris stable avant l'inflation américaine

La Bourse de Paris stable avant l'inflation américaine
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le mercredi 12 mai 2021 à 10h02

La Bourse de Paris était stable (+0,05%) mercredi, et prudente en attendant les chiffres de l'inflation américaine, au lendemain d'une séance plombée par les craintes inflationnistes.

La Bourse de Paris était stable (+0,05%) mercredi, et prudente en attendant les chiffres de l'inflation américaine, au lendemain d'une séance plombée par les craintes inflationnistes.

A 09H30, l'indice CAC 40 gagnait 2,90 points, à 6.270,29 points. Mardi, il avait fortement reculé de 1,86%, après avoir évolué en début de semaine à des niveaux plus vus depuis novembre 2000, se rapprochant alors du seuil des 6.400 points.

"La principale préoccupation est que la récente hausse soutenue des prix des matières premières pourrait entraîner une augmentation permanente plus marquée de l'inflation dans les semaines et les mois à venir", explique Michael Hewson, analyste chez CMC Markets UK.

Des préoccupations amplifiées par les chiffres de l'inflation en Chine plus élevés que prévu. 

Une surchauffe de l'économie et une hausse des prix durable pourraient favoriser une remontée des taux d'intérêt plus rapide qu'escompté.

Les investisseurs ont les yeux rivés sur l'indice des prix à la consommation pour avril aux Etats-Unis qui sera publié en début d'après-midi. 

"Il n'y a pas de secret, nous allons certainement voir un chiffre d'inflation important aujourd'hui, la question est de savoir à quel point", note Ipek Ozkardeskaya, de Swissquote. 

"Qu'elle soit faible ou forte, l'inflation n'empêchera pas la Fed d'injecter davantage de liquidités dans le système dans un avenir prévisible", estime toutefois l'analyste.

L'inflation a accéléré en avril en France (1,2%) et en Allemagne (2%), notamment en raison d'une poussée des tarifs de l'énergie.

Au Royaume-Uni, le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 1,5% au premier trimestre en raison du confinement, mais une hausse de 2,1% pour le seul mois de mars laisse entrevoir une nette reprise de l'activité.

Autre événement du jour, la Commission européenne présentera ses prévisions économiques.

Eiffage reste stable

Le géant français du BTP perdait 0,59% à 93,56 euros, après avoir vu son chiffre d'affaires augmenter de 6% au premier trimestre, à 3,97 milliards d'euros, un an après avoir souffert des premières mesures de restrictions liées à la pandémie de Covid-19.

CGG en queue du SBF 120

Le groupe parapétrolier CGG (-9,18% à 0,92 euros) a réduit sa perte nette au premier trimestre, à 82 millions d'euros, et se montre confiant quant au fait d'atteindre ses objectifs annuels grâce à la bonne tenue des cours du pétrole.

Ubisoft sanctionné

L'éditeur français de jeux vidéo lâchait 5,87% à 58,04 euros. Ubisoft a annoncé mardi un chiffre d'affaires en hausse de près de 40% lors de son exercice décalé 2020-2021, une "année record" qui lui a également permis de renouer avec les bénéfices, mais les objectifs publiés pour 2021-2022 sont en-dessous des attentes des analystes.

EDF au milieu des négociations

L'énergéticien a indiqué mercredi qu'il n'y avait "pas de certitude quant à l'aboutissement" des négociations entre Paris et Bruxelles concernant le projet de réorganisation du groupe, dans un communiqué à l'occasion de la publication de ses résultats trimestriels. Le titre EDF prenait 2,04% à 11,48 euros.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.