La Bourse de Paris termine en repli de 0,34%

La Bourse de Paris termine en repli de 0,34%
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le mercredi 31 mars 2021 à 18h01

La Bourse de Paris a fini en légère baisse (-0,34%) mercredi, dans un marché sur la défensive avant une allocution du président Emmanuel Macron, qui devrait annoncer de nouvelles mesures de restrictions face à une situation sanitaire préoccupante.

La Bourse de Paris a fini en légère baisse (-0,34%) mercredi, dans un marché sur la défensive avant une allocution du président Emmanuel Macron, qui devrait annoncer de nouvelles mesures de restrictions face à une situation sanitaire préoccupante.

L'indice CAC 40 a cédé 20,81 points pour terminer à 6.067,23 points, mettant fin à cinq séances consécutives dans le vert.

Il achève toutefois le mois de mars sur une hausse de plus de 6%, après une progression de 5,6% en février, ce qui lui a permis de retrouver ses niveaux pré-pandémie de fin février 2020.

Le marché s'est "pas mal cristallisé sur les annonces attendues ce soir" en France, avec globalement "une thématique sanitaire qui l'emporte un peu aujourd'hui" en Europe par rapport aux marchés américains, plutôt mieux orientés, a résumé auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

Fermeture des écoles pour un mois, déplacements limités sur tout le territoire mais pas de confinement strict: le président Emmanuel Macron doit trancher face à la troisième vague de Covid-19 et l'annoncera aux Français à 20H00.

La tendance est inquiétante dans l'Hexagone, avec plus de 5.000 patients en réanimation, au-delà du pic de la deuxième vague de novembre, mettant les hôpitaux sous très forte tension.

Par ailleurs, il faut continuer de "surveiller les taux aux Etats-Unis, qui sont bien repartis à la hausse ces derniers jours", complète M. Baradez.

Le rendement du bon du Trésor américain à dix ans se stabilisait ce mercredi autour de 1,71% après être monté à près de 1,77% la veille, un nouveau plus haut depuis fin janvier 2020.

Pour autant, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a assuré mercredi qu'il se passera "un certain temps" avant que l'institution resserre sa politique monétaire, notant que les pressions inflationnistes restent faibles en zone euro sur fond de pandémie du Covid-19. Même si elle a augmenté en mars à 1,3% sur un an, après avoir atteint 0,9% en janvier et février, l'inflation en zone euro reste loin de l'objectif visé par la BCE (proche de 2%).

De leur côté, les dépenses de consommation des ménages français sont restées stables en février sur un mois.

Voltalia se retire de Birmanie

Le producteur français d'énergies renouvelables (-1,08% à 23,00 euros) va "mettre fin à ses activités" en Birmanie, où la répression de la contestation par la junte militaire au pouvoir a fait plus de 520 morts depuis le premier février, selon un communiqué publié mercredi.

Capgemini limite la casse

Le géant informatique français a fini stable (+0,07% à 145,10 euros). Il a limité l'impact de la crise sanitaire en 2020, enregistrant un recul de son chiffre d'affaires de 3,2% à périmètre et taux de change constants et un bénéfice net en hausse de 12%, à 957 millions d'euros.

Anticancéreux approuvé pour Ipsen

Le laboratoire est monté de 4,50% à 73,15 euros après avoir annoncé mercredi que la Commission européenne avait approuvé son traitement anticancéreux Cabometyx, en association avec une autre molécule de Bristol-Myers Squibb, pour les patients atteints d'un carcinome du rein avancé.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.