La Bourse de Paris termine la semaine en beauté (+0,75%)

La Bourse de Paris termine la semaine en beauté (+0,75%)
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le vendredi 28 mai 2021 à 18h11

La Bourse de Paris a achevé sur une note positive vendredi (+0,75%) une séance cristallisée autour des chiffres de l'inflation américaine, en forte hausse, mais qui n'ont pas perturbé des marchés ralliés au scénario de la Fed d'une accélération des prix transitoire.

La Bourse de Paris a achevé sur une note positive vendredi (+0,75%) une séance cristallisée autour des chiffres de l'inflation américaine, en forte hausse, mais qui n'ont pas perturbé des marchés ralliés au scénario de la Fed d'une accélération des prix transitoire.

L'indice CAC 40 est monté de 48,40 points à 6.484,11 points, un nouveau plus haut en clôture depuis le 19 septembre 2000. En séance, il a atteint jusqu'à 6.493,72 points, un niveau inédit depuis le 20 septembre 2000. La veille, la cote parisienne avait fini en hausse de 0,69%.

Sur la semaine écoulée, ses gains s'élèvent à 1,53%. Depuis le 1er janvier, le CAC 40 a progressé de 16,80%.

Donnée très attendue, l'inflation aux États-Unis s'est accélérée en avril, à 3,6% sur un an, sa plus forte hausse depuis 2007. Sur un mois, elle s'établit à 0,6%, comme en mars.

"Le marché est sensibilisé depuis des mois à la question de la hausse des prix", qui trouve une confirmation dans les chiffres publiés aux États-Unis aujourd'hui, et corrobore "un scénario optimiste qui joue la reprise", observe auprès de l'AFP Alexandre Baradez, analyste de IG France.

Une grosse partie de cette accélération des prix s'est donc déjà reflétée dans les cours, selon lui, mais "désormais le marché va vouloir s'assurer que c'est bien transitoire", comme l'affirme la Réserve fédérale américaine (Fed).

Les Américains en tout cas s'inquiètent de l'inflation, craignant que leur pouvoir d'achat ne diminue, ce qui a fait baisser la confiance des consommateurs en mai, selon l'estimation finale de l'enquête de l'Université du Michigan.

De son côté, l'économie française n'est finalement pas repartie de l'avant au premier trimestre, le PIB ayant reculé de 0,1%, mais le gouvernement comme les économistes restent optimistes quant à la reprise de l'activité dans les prochains mois, grâce à l'avancée de la vaccination.  

La consommation des ménages a de son côté lourdement chuté en avril, conséquence du 3e confinement, tandis que l'inflation a continué de s'accélérer en mai sur un an.

Les actionnaires de Total (+0,26% à 38,15 euros) ont largement approuvé vendredi la stratégie climatique de la direction, seule une minorité se rebellant, tandis que le changement d'identité en TotalEnergies a été plébiscité.

L'Autorité des marchés financiers (AMF), saisie par le parquet national financier après une plainte de l'assureur Covéa, a indiqué jeudi que "les éléments dont elle disposait ne permettaient pas d'étayer des allégations de manipulation de cours" du réassureur Scor. Le titre de ce dernier a gagné 0,79% à 26,69 euros.

Le président du directoire de Vivendi (+0,67% à 29,90 euros) Arnaud de Puyfontaine a été choisi pour représenter le géant des médias au sein du conseil d'administration de Lagardère (+2,27% à 20,76 euros), malgré la concurrence des deux groupes dans l'édition, selon une information de la Lettre A confirmée à l'AFP.

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.