La Bourse de Paris toujours portée par la victoire démocrate aux Etats-Unis

La Bourse de Paris toujours portée par la victoire démocrate aux Etats-Unis
La salle de contrôle d'Euronext, société qui gère la Bourse de Paris

AFP, publié le jeudi 07 janvier 2021 à 18h11

La Bourse de Paris a terminé en hausse de 0,70% jeudi après la victoire des démocrates en Géorgie, qui leur donne l'avantage au Sénat américain, et sans se laisser perturber par les troubles au Capitole mercredi. 

L'indice CAC 40 a progressé de 39,25 points à 5.669,85 points. La veille, il avait gagné 1,19%.

Les marchés ont continué de s'adapter à la nouvelle donne politique américaine, avec la victoire inattendue des démocrates en Géorgie. 

Les deux sièges supplémentaires obtenus au Sénat leur permettent d'égaler le nombre de républicains, et le soutien de la future vice-présidente Kamala Harris pourra faire pencher les votes en leur faveur en cas d'égalité, par exemple pour un nouveau plan de relance. 

"Notre précédent scénario de base prévoyait un Congrès divisé. La victoire des démocrates signifie que nous allons augmenter nos prévisions de croissance économique pour cette année et l'année prochaine", écrivent les économistes de Schroders.

La nouvelle donne pousse les investisseurs à s'adapter sur toute une série d'actifs financiers.  

"Les taux d'intérêt souverains à 10 ans se redressent, ce qui est le signe de l'anticipation d'une reprise économique accélérée, ainsi que de la reprise de l'inflation", explique Alexandre Baradez, analyste d'IG France.

Ces anticipations ont également soutenu à la hausse les valeurs les plus dépendantes de l'activité économique, qui ont de nouveau été le moteur de la séance. 

Les violences au Congrès américain mercredi n'ont pas eu de conséquences sur les investisseurs, qui ont jugé faible l'impact sur le fonctionnement institutionnel américain. 

L'indice parisien continue sa remontée vers son niveau de la fin février 2020."Le marché a déjà beaucoup grimpé sur les anticipations de la politique de Joe Biden", prévient toutefois M. Baradez. 

D'autres mesures de son programme, comme la hausse de la fiscalité ou des régulations plus strictes de certains secteurs comme la technologie, pourraient dans un second temps peser sur les investisseurs, explique-t-il. 

Le groupe informatique français Atos a chuté de 13,05% à 65,42 euros après avoir confirmé avoir approché la société de services américaine DXC Technology en vue d'une "transaction amicale potentielle". 

Les entreprises technologiques faisaient une nouvelle fois grise mine. Elles sont davantage favorisées par les investisseurs quand les taux sont bas.

Worldline a perdu 2,36% à 77,14 euros, Capgemini 1,20% à 123,55 euros. 

Le numéro un mondial du luxe, le français LVMH, a finalisé l'achat du joaillier américain Tiffany, ce qui a été salué par les investisseurs. 

Le groupe, poids lourd de la cote parisienne, a grimpé de 2,59% à 515,30 euros. Dans son sillage, Hermès a progressé de 0,85% à 875,60 euros et Kering de 0,38% à 577,40 euros. 

L'avantage démocrate dans les deux chambres du Congrès américain a encore profité aux valeurs cycliques, les plus dépendantes de l'activité économique. 

Renault a bondi de 4,16% à 38,17 euros, BNP Paribas de 2,25% à 46,31 euros ou encore Total de 1,09% à 37,46 euros. 

Euronext CAC40

Vos réactions doivent respecter nos CGU.