La cigarette électronique a aidé environ 700.000 fumeurs à décrocher du tabac

La cigarette électronique a aidé environ 700.000 fumeurs à décrocher du tabac
cigarette électronique

Boursier.com, publié le mercredi 26 juin 2019 à 18h10

La durée de vapotage est passée de quatre à vingt mois en moyenne entre 2014 et 2017.

La cigarette électronique, aussi appelée e-cigarette ou vapoteuse, a aidé environ 700.000 fumeurs quotidiens à décrocher du tabac, selon Santé publique France publiée mercredi. Développée au début des années 2000, elle a fait son apparition sur le marché français autour de 2010.

Selon cette étude, menée auprès de personnes âgées de 18 à 75 ans, quasiment tous les "vapoteurs" avaient, en 2017, une expérience avec le tabagisme. Parmi les utilisateurs quotidiens, 39,7% fument du tabac tous les jours, 10,6% fument occasionnellement, 49,5% sont d'anciens fumeurs. Moins de 1% des vapoteurs quotidiens n'ont jamais fumé. "L'e-cigarette est très majoritairement utilisée avec l'objectif de réduire sa consommation de tabac ou comme outil pour arrêter le tabac. Elle ne semble donc pas devenir, dans la population adulte, un nouveau produit utilisé sans lien avec le tabac", analysent les auteurs de cette étude.

Parmi ceux qu'on appelle aussi les "vapofumeurs", 80,3% estiment avoir diminué leur consommation de cigarettes ou d'autres produits du tabac en utilisant une cigarette électronique. Ceux-ci déclarent une diminution moyenne de 10,4 cigarettes (ou équivalent) par jour. Ils fument en moyenne 8,7 cigarettes par jour (versus 11,5 cigarettes par jour parmi les fumeurs non vapoteurs).

Par ailleurs, 73,0% des vapoteurs utilisent exclusivement l'e-cigarette avec du liquide contenant de la nicotine, mais 12,7% n'ont pas de dépendance physique, puisqu'ils vapotent sans nicotine, tandis que 14,3% font les deux.

Fin de l'effet de nouveauté

La durée de vapotage est passée de quatre à vingt mois en moyenne entre 2014 et 2017. "En 2014, le produit était encore très récent sur le marché et a attiré de nombreux expérimentateurs. En 2017, l'effet de nouveauté est probablement passé et l'usage est désormais ancré sur le plus long terme", estiment les auteurs du document.

Quelle est l'image de l'e-cigarette chez ceux qui l'utilisent ? D'après Santé publique France, 11,3% des 18-75 ans pensent qu'elle est plus nocive pour la santé que la cigarette ordinaire, 40,2% qu'elle est aussi nocive, 35,1% qu'elle est moins nocive, tandis que 13,4 % répondent ne pas savoir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.