La CPME "adjure" le gouvernement de tout mettre en oeuvre pour éviter un reconfinement

La CPME "adjure" le gouvernement de tout mettre en oeuvre pour éviter un reconfinement©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 27 octobre 2020 à 10h29

"On risquerait alors d'assister à un effondrement de l'économie française, une forme de troisième vague, économique celle-là, sans précédent", a alerté la Confédération des petites et moyennes entreprises.

Alors que la menace d'un reconfinement plane un peu plus chaque jour face à l'aggravation de l'épidémie de Covid-19 en France, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a alerté ce mardi sur les conséquences économiques et sociales qu'aurait toute mesure d'un nouveau confinement total ou partiel pour les entreprises.

Selon l'organisation patronale, ces dernières sont "aujourd'hui beaucoup plus fragiles qu'au mois de mars et beaucoup d'entre elles, notamment les plus petites, seraient dans l'incapacité d'assumer un endettement supplémentaire".

"On risquerait alors d'assister à un effondrement de l'économie française, une forme de troisième vague, économique celle-là, sans précédent", a ainsi prévenu dans un communiqué la CPME, qui "adjure le gouvernement de tout mettre en oeuvre pour éviter d'en arriver à cette solution ultime".

Conserver une activité même dans un cadre "plus contraint"

"Il est indispensable que les entreprises puissent conserver une activité, même si celle-ci doit s'exercer dans un cadre encore plus contraint. Il est également essentiel que les clients puissent continuer à consommer sans être contraints de ne recourir qu'au e-commerce pour tout ce qui ne relève pas de l'essentiel", a expliqué l'organisation patronale.

#Covid19 On risquerait alors d'assister à un effondrement sans précédent de l'économie française. > >Lire le CP 👉https://t.co/Yt42BJjF6A pic.twitter.com/W4cQ3e98ve
- CPME (@CPMEnationale)

Pour décider d'un éventuel durcissement des mesures contre l'épidémie de coronavirus, le gouvernement attend le milieu de la semaine et le bilan des premiers couvre-feux. Les spécialistes craignent toutefois que la dynamique épidémique ne soit pas enrayée d'ici-là. Sur 'France Inter' ce mardi, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a de son côté prévenu les Français qu'ils devaient s'attendre à des "décisions difficiles".

"Toutes les options sont sur la table"

"Je ne sais pas quelles seront-elles exactement", a-t-il toutefois affirmé, avant d'ajouter : "Toutes les options sont sur la table". Le ministre participe ce mardi à un conseil restreint de défense et de sécurité nationale sur le Covid-19, réunissant le président Emmanuel Macron, ainsi que le Premier ministre Jean Castex, le ministre de l'Economie Bruno le Maire, le ministre de la Santé Olivier Véran ou encore son homologue chargé de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer.

Selon des sources proches des réflexions, les autorités françaises étudient des scénarios visant à durcir les restrictions destinées à freiner la flambée épidémique. Les autorités imposent depuis une dizaine de jours un couvre-feu local, étendu à de nouveaux départements depuis ce week-end, qui interdit de sortir entre 21h et 6h, ce qui en fait l'un des plus stricts d'Europe.

Deux sources industrielles en contact avec le gouvernement ont fait savoir à l'agence 'Reuters' que parmi les scénarios envisagés figurent une avancée de l'heure du couvre-feu et un confinement durant le week-end sauf pour les déplacements essentiels. Ces mesures pourraient s'appliquer en région parisienne, à Marseille et à Lyon, trois zones particulièrement affectées par le virus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.