La distribution expérimente à tour de bras pour contrer Amazon

Chargement en cours
 Un consommateur dans un supermarché, à Coutances, le 18 août 2015

Un consommateur dans un supermarché, à Coutances, le 18 août 2015

1/3
© AFP
A lire aussi

AFP, publié le lundi 11 décembre 2017 à 13h14

Améliorer le parcours magasin grâce à un détecteur de pas, découvrir des produits en réalité virtuelle, optimiser la livraison via un algorithme : la grande distribution multiplie les expériences pour améliorer son service et contrer le commerce électronique.

Co-fondateur d'ActiveViam, qui édite des logiciels de calcul de prix ("pricing") pour la grande distribution, Georges Bory est catégorique: "Amazon a tout changé" et fixe désormais les règles du commerce. 

Malgré une prise de conscience tardive, la grande distribution "traditionnelle" réagit et tente de rendre le passage en magasin le plus excitant et le plus aisé possible, en  "piochant" dans les bonnes pratiques du commerce en ligne pour attirer et fidéliser le consommateur.

Ainsi, "l'une des composantes d'une bonne +expérience client+, c'est la transparence sur les prix, pouvoir les comparer, décider où acheter et où se faire livrer", explique M. Bory à l'AFP.

Mais "acheter en ligne reste très froid, très technique, les magasins doivent donc pouvoir apporter une valeur ajoutée que le e-commerce ne peut pas fournir", souligne auprès de l'AFP Mathieu Vicard, directeur associé de l'agence de communication Adrénaline.

- Shopping virtuel et capteur -

Partant de ce constat, cette société a mis en place, avec son partenaire technique Seize, la "première expérience de shopping virtuel en France" dans les magasins Eram : coiffée d'un casque, la cliente "déambule" parmi un "univers" de chaussures, qu'elle peut détailler, "voir" à 360 degrés et éventuellement ajouter à son "panier".

Chez Décathlon, treize points de vente en France utilisent depuis mai la réalité virtuelle "pour pallier le manque de place en magasin" et permettre "aux vendeurs de présenter (...) quatorze modèles de tentes", explique l'enseigne d'équipement sportif, qui vise 30 magasins équipés en 2018.

"La réalité virtuelle, jusqu'à présent surtout utilisée dans le jeu et les médias, arrivera très vite dans le commerce, où elle contribuera à faire bouger les lignes", comme commencent à le faire les "chatbots" (robots conversationnels), souligne M. Vicard.

Les enseignes "nous disent toutes +on est voué à mourir si on ne se transforme pas+", confie à l'AFP le patron de IVS, Franck Selve, qui a conçu un capteur permettant de suivre le regard du passant devant une vitrine, puis, après analyse des données (anonymes), d'optimiser "l'efficacité" de ladite vitrine.

Encore sous forme de test, ce capteur sera commercialisé à l'été 2018.

- L'image plus que la marge -

Avec ses associés, M. Selve est à l'origine d'un autre boîtier intelligent, qui suit le parcours au sol des clients en boutique, comme à la Poste, dont il vient de décrocher le marché.

Son objectif: "améliorer la disposition du mobilier, récupérer de la place et adapter le positionnement du personnel, d'après l'analyse des points de blocage et d'engorgement", avec évidemment en ligne de mire la progression du chiffre d'affaires.

Autre donnée phare de l'expérience client: la livraison, dont la "norme" est désormais d'être la plus rapide possible. "Selon une étude, huit consommateurs sur dix la voient comme une source de stress", souligne à l'AFP Rémi Lengaigne, co-fondateur de Colisweb, l'un des leaders des "acteurs du dernier kilomètre" en France. 

Grâce à un algorithme, sa société sélectionne "le meilleur transporteur" au plus près du stock, et permet un "suivi et une modification du lieu de livraison en temps réel par le client via SMS".

Avec, en nouveauté, la possibilité "d'orienter le client vers des créneaux plus pertinents" afin d'optimiser la livraison en terme de coûts mais aussi de temps de transports, avec un gain non négligeable pour l'environnement, explique M. Lengaigne. Sa société, qui travaille notamment pour Darty, espère multiplier son chiffre d'affaires par 4 ou 5 en 2018.

"L'enjeu ultime" pour une enseigne étant désormais d'avoir la meilleure image de marque possible, "on ne peut plus rien refuser au client", analyse M. Bory: "conserver sa confiance est désormais plus important que faire de la marge". 

 
1 commentaire - La distribution expérimente à tour de bras pour contrer Amazon
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    de la censure , encore de la censure, toujours de la censure sur le Forum Orange.
    Et bien puisque sur la rubrique Finance, un bug est là ...... moi aussi
    référence à l'article :
    Hommage à Johnny : TF1 et France 2 allument l'audimat
    Statut : refusé
    Il y a 25 minutes
    le 11 12 2017 à 09 33

    Tout l'art de Johnny était de chanter la culture Française dans ce registre particulier.

    C'est ça aussi la France et son art unique que d'aucuns qualifiaient dans le passé "d'exception culturelle Française".

    Il était si représentatif de cet art et de cette monoculture que les US ne l'ont pas reconnu comme un de leurs rockers.

    Alors quoi d'étonnant à ce que des chaînes de TV fassent de l'audience quand l'art Français voit disparaître un Rocker emblématique de la culture française ?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]