La faim progresse dans le monde pour la 1ère fois depuis 10 ans

La faim progresse dans le monde pour la 1ère fois depuis 10 ans
Afrique Soudan

Boursier.com, publié le vendredi 15 septembre 2017 à 18h03

La faim dans le monde a progressé l'an dernier, d'après une étude d'agences de l'Onu publiée vendredi. Il s'agit d'une première en 10 ans, qui s'explique par l'effet combiné d'une multiplication des conflits, du réchauffement climatique et des difficultés économiques.

En 2016, la malnutrition a frappé 815 millions de Terriens, soit 11% de la population mondiale et 38 millions de plus que l'année précédente, indique le rapport 2017 sur l'Etat de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde. Plus de la moitié (489 millions) vivent dans des pays en conflit, comme le Soudan du Sud frappé par la famine cette année pendant plusieurs mois.

Des situations d'insécurité alarmantes menacent de se transformer en famines dans d'autres pays touchés par les conflits comme le nord-est du Nigeria, la Somalie et le Yémen.

Conflits violents

Avec 20% de la population touchée par la faim, l'Afrique subsaharienne est la région du globe proportionnellement la plus affectée. En nombres bruts, l'Asie, avec 520 millions de personnes souffrant de la faim, occupe la tête de ce classement.

"Au cours de la dernière décennie, le nombre de conflits violents s'est considérablement accru", souligne le rapport, qui met aussi en avant leur caractère "plus complexe et plus inextricable".

Sécheresses

"La faim ainsi que toutes les formes de malnutrition ne seront pas éliminées d'ici 2030 à moins que l'on ne s'attaque à tous les facteurs qui compromettent la sécurité alimentaire et la nutrition", ajoutent les cinq agences de l'Onu chargées d'établir cet état annuel. En finir avec la faim dans le monde est l'un des 17 Objectifs de développement durable que se sont fixés les Nations unies pour l'horizon 2030.

La malnutrition est aussi la conséquence de sécheresses intenses et prolongées, dont le nombre va augmenter avec le réchauffement climatique.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.