La fin du projet de mine d'or géante en Guyane ?

La fin du projet de mine d'or géante en Guyane ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 23 mai 2019 à 16h36

Lors d'un conseil de défense écologique, l'exécutif a pris ou confirmé une série de mesures, dont certaines à haute valeur symbolique, dont la fin du projet de "Montagne d'or" en Guyane.

L'avenir du projet minier de la Montagne d'or en Guyane devait être tranché en conseil de défense écologique après le mois de juin... Le calendrier a finalement été avancé, alors qu'Emmanuel Macron et son gouvernement ont annoncé jeudi une accélération de leur politique écologique, à trois jours d'élections européennes pour lesquelles l'électorat vert jouera un rôle déterminant.

Lors d'un conseil de défense écologique, une instance fraîchement créée par le chef de l'Etat, l'exécutif a pris ou confirmé une série de mesures, dont certaines à haute valeur symbolique, dont la fin du projet de "Montagne d'or" en Guyane. "Le conseil de défense écologique a décidé de constater l'incompatibilité du projet actuel minier Montagne d'or avec les exigences de protection environnementale", a déclaré François de Rugy, le ministre de l'Ecologie.

Les élus pour, les associations contre

Le projet prévoit l'exploitation d'une mine de 2,5 km de long à partir de 2022, au sud de Saint-Laurent-du-Maroni, en forêt équatoriale, via un procédé de récupération de l'or par cyanuration en circuit fermé. La mine serait exploitée par l'entreprise canadienne Colombus Gold et la russe Norgold.

Les retombées pourraient être importantes pour la région, avec 750 emplois directs créés, et 3.000 indirects, et 300 millions d'euros de retombées fiscales attendues. Soutenu par plusieurs élus locaux, le projet est dénoncé par les associations de défense de l'environnement, qui redoutent une pollution des sols, mais aussi de possibles accidents, comme des ruptures de digue.

Le projet enterré ?

Début mai, François de Rugy avait annoncé son déplacement en Guyane, pour rencontrer les communautés amérindiennes qui sont opposées à la mine, avant de trancher dans ce dossier. Mais avec le constat d'"incompatibilité", la Montagne d'or semble être condamnée à ne pas voir le jour. Pourtant, les associations restent prudentes, à l'image du collectif Or de question, qui regroupe plusieurs associations de défense de l'environnement, et demande sur le réseau Twitter un "rejet ferme et définitif".

"Nous souhaitons intégrer les exigences environnementales de façon durable dans tous les processus miniers et donc d'engager la réforme du code minier qui pourra être présentée en conseil des ministres en décembre prochain", a expliqué le ministre jeudi.

Edouard Philippe lui a fait écho quelques minutes plus tard. "Nous avons fait beaucoup mais (...) nous pouvons sans doute considérer que nous n'allons pas assez vite, peut-être pas assez loin", a déclaré Edouard Philippe lors d'une conférence de presse à l'Elysée. "Nos concitoyens ont raison de vouloir des résultats plus rapides et c'est l'ambition portée par le président de la République", a ajouté le chef du gouvernement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.