La France est le 2ème pays le plus touché par les vols de données personnelles

La France est le 2ème pays le plus touché par les vols de données personnelles
café web internet digital

Boursier.com, publié le mercredi 18 octobre 2017 à 09h57

La France serait le second pays le plus touché par le vol en ligne de données personnelles, d'après un rapport de la société américaine Symantec, dévoilé mercredi par France Bleu. Entre octobre 2015 et octobre 2016, 85,3 millions d'éléments d'identité ont été volés dans l'Hexagone, ce qui nous place juste derrière les Etats-Unis, pays le plus exposé avec 791,8 millions d'éléments dérobés. La Russie est troisième de ce palmarès avec 83,5 millions de données personnelles dérobées.

Un coût élevé

Les chiffres pour la France ne sont pas engageants... Selon Norton, l'entreprise spécialisée dans la sécurité en ligne, 13,7 millions de personnes ont été confrontées à la cybercriminalité sur cette même période. Les vols de mots de passe sont les plus fréquents (14%), devant la fraude à la carte bancaire (10%). Le coût pour le pays est estimé à 2,9 milliards d'euros, soit 0,11% du PIB.

Des chiffres éloquents

Dans le monde entier, le coût de cette cybercriminalité s'est élevé en 2016 à 1,12 milliard de dollars. Et selon les chiffres les plus récents disponibles, en septembre 2017, un e-mail sur 312 contenait un malware (logiciel malveillant), un sur 6.244 constituait une tentative de phishing (tentative de hameçonnage avec un faux mail pour pousser à livrer ses données ou mots de passe), et 55% des courriers étaient en fait des spams.

La France lance un site

Pour lutter contre le phénomène, l'Etat a lancé un site internet, baptisé cybermalveillance.gouv.fr. L'objectif est d'aider les particuliers et les administrations locales victimes de piratage informatique. La plateforme, qui était testée depuis fin mai dans les Hauts-de-France, est désormais étendue à tout le pays. Elle s'engage à livrer un diagnostic précis de la situation des utilisateurs, à les mettre en relation avec les spécialistes et organismes compétents et à leur proposer des "outils et de publications dispensant de nombreux conseils pratiques".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.