La France refuse une mesure de chômage partiel à Amazon

La France refuse une mesure de chômage partiel à Amazon©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 04 mai 2020 à 18h02

Le groupe américain a vu sa demande rejetée car la fermeture des sites concernés est la conséquence d'une décision de justice et non d'une baisse d'activité.

Le ministère du Travail a confirmé lundi avoir refusé une demande de chômage partiel d'Amazon pour six de ses sites en France. Le groupe américain a reçu une fin de non-recevoir car la fermeture des sites concernés est la conséquence d'une décision de justice et non d'une baisse d'activité, précise-t-il.

Amazon a annoncé fin avril que ses entrepôts resteraient fermés jusqu'à mardi en France, où la justice a contraint le groupe américain de restreindre ses activités en raison de l'épidémie due au coronavirus.

Le tribunal de Nanterre l'a sommé le 14 avril de restreindre son activité aux produits essentiels et de procéder à une évaluation des risques professionnels. Cette décision a été confirmée en appel.

Amazon vise les syndicats

Amazon accuse "certaines organisations syndicales de tirer parti" de la situation. Le groupe affirme que ses entrepôts sont sûrs pour ses salariés mais ne veut pas prendre le risque d'une amende en cas de "traitement accidentel" de produits non autorisés.

"La récente décision de la Cour d'appel de Versailles a évidemment eu un impact sur notre activité en France", dit le groupe dans un communiqué.

"Nos équipes travaillent en permanence pour en évaluer les implications et nous sommes en contact avec les autorités pour les tenir informées de la situation sur nos sites. Dans ce cadre, nous avons également sollicité l'application du dispositif d'activité partielle, comme ont pu en bénéficier d'autres entreprises", ajoute-t-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.