La France va développer un nouveau missile pour ses hélicoptères d'attaque

La France va développer un nouveau missile pour ses hélicoptères d'attaque
Un hélicoptère Tigre, au défilé du 14 juillet 2020
A lire aussi

AFP, publié le vendredi 13 novembre 2020 à 11h40

Paris va développer un missile français conçu par MBDA pour équiper ses hélicoptères d'attaque Tigre, actuellement dotés de missiles américains, afin de renforcer sa souveraineté industrielle et son autonomie d'emploi, a annoncé vendredi la ministre des Armées Florence Parly.

Ce missile, dit "haut de trame" (MHT), doit être développé d'ici 2026 et livré à partir de 2028. Mme Parly l'a annoncé lors d'un déplacement sur le site du missilier européen MBDA à Bourges.

Le coût du développement de ce programme de Missile air-sol tactique futur (MAST-F) et des 500 missiles à livrer dans un premier temps est évalué à 700 millions d'euros, selon le cabinet de la ministre.

Les 67 hélicoptères Tigre de l'armée de Terre sont actuellement équipés de missiles américains Hellfire, qui "arriveront en fin de vie dans la décennie qui vient", explique-t-on au cabinet, précisant que l'option proposée par la branche française de MBDA a été préférée au missile américain JAGM et au Brimstone, développé par MBDA au Royaume-Uni.

Le MHT sera "Itar-free", c'est-à-dire dépourvu de tout composant américain soumis aux règles d'exportation américaines, "et on aura donc toute latitude pour l'exporter", plaide-t-on au cabinet.

Safran, Thales, Roxel, Nexter et Rafaut sont également associés au programme, qui occupera 600 personnes à plein temps chez MBDA France ces prochaines années.

Dérivé du missile moyenne portée (MMP) qui équipe déjà les fantassins, il aura une portée de 8.000 mètres et sera employable par tout temps, de jour comme de nuit. La cible (véhicule, blindé, infrastructure) sera désignée par laser depuis l'hélicoptère lui-même, des troupes au sol ou un drone. Une caméra embarquée dans le missile permettra au tireur de le suivre jusqu'à sa cible.

Son poids, inférieur à celui de ses concurrents, doit permettre d'offrir davantage d'autonomie à l'hélicoptère.

"On regarde également la possibilité de l'embarquer sur l'Eurodrone", le futur drone européen dont le développement devrait être lancé d'ici la fin de l'année par la France, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.