La Grèce reçoit à son tour l'aval de l'UE pour son plan de relance post-covid

Chargement en cours
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, lors d'une conférence de presse à Athènes, le 17 juin 2021
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, lors d'une conférence de presse à Athènes, le 17 juin 2021
1/3
© AFP, Louisa GOULIAMAKI, POOL

AFP, publié le jeudi 17 juin 2021 à 12h50

La Commission européenne a approuvé le plan de relance de la Grèce, qui sera financé par l'emprunt commun européen destiné à atténuer l'impact économique de la pandémie, a annoncé jeudi à Athènes sa présidente Ursula von der Leyen.

La Commission européenne a approuvé le plan de relance de la Grèce, qui sera financé par l'emprunt commun européen destiné à atténuer l'impact économique de la pandémie, a annoncé jeudi à Athènes sa présidente Ursula von der Leyen.

Lors d'une tournée européenne entamée mercredi, Mme von der Leyen a déjà donné le feu vert de Bruxelles à l'Espagne et au Portugal pour leurs plans nationaux post-Covid. Après la Grèce, elle se rend au Danemark jeudi après-midi. 

L'Italie et l'Espagne seront les premiers bénéficiaires du méga-plan de relance européen de 750 milliards d'euros, âprement négocié par les 27 jusqu'à son adoption en juillet 2020.

"Notre approbation aujourd'hui est une étape importante pour le déblocage de 30,5 milliards d'euros au cours des prochaines années" à la Grèce, a déclaré Mme von der Leyen depuis le site antique de l'Agora à Athènes, en présence du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.

"Lorsque le plan sera approuvé par le conseil européen, nous serons prêts à débloquer les premiers fonds en juillet", a ajouté la présidente de la commission européenne.

"Ravie de donner le feu vert de la commission européenne au plan de relance de la Grèce", a ensuite tweeté Mme von der Leyen. 

Athènes doit toucher quelque 30,5 milliards d'euros, dont 17,8 milliards en subventions directes et 12,7 milliards sous forme de prêts.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a salué cette décision, "la dernière action pour sortir des turbulences de la pandémie". "C'est le début d'une nouvelle époque", s'est félicité le chef du gouvernement conservateur. 

La majorité des prêts, environ 8 milliards, seront investis dans la transition verte et l'économie numérique, a précisé le dirigeant grec. 

Pour Mme von der Leyen, ce plan "va profondément transformer l'économie grecque et rendre la Grèce plus forte, mieux préparée pour l'avenir". 

Comme les autres pays du Sud de l'Europe, dont l'économie dépend fortement du tourisme, la Grèce a subi de plein fouet les revers de la pandémie mondiale. 

Après une décennie de crise économique, la Grèce espérait renouer avec une forte croissance en 2020 mais son PIB a plongé de 8,2%.

Le Fonds monétaire international (FMI) s'attend à une croissance de l'économie grecque de 3,3% cette année, avec une accélération en 2022, à 5,4%. 

La Commission européenne prévoit, elle, une hausse du PIB grec de 4,1% cette année et de 6% en 2022.

La Grèce prévoit de dépenser plus de 11,6 milliards d'euros en 2021 pour soutenir les entreprises qui ont dû ralentir ou cesser leur activité lors des confinements successifs décrétés pour endiguer l'épidémie de coronavirus. En 2020, elle avait déjà versé 24 milliards d'aides.  

"La mise en oeuvre de l'ambitieux plan grec représente un défi mais aussi une très grande chance", a ajouté la dirigeante européenne, se félicitant qu'"aujourd'hui, l'Europe et la Grèce soient ensemble dans cette entreprise".

Pour financer les différents plans nationaux, l'UE a dû s'accorder sur un mécanisme inédit qui lui a permis de réaliser mardi une première émission de dette commune, d'un montant de 20 milliards d'euros, saluée par Mme von der Leyen comme "la plus grande opération" de ce type jamais réalisée en Europe.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.