La HAS recommande une seule dose de vaccin pour les personnes déjà infectées

La HAS recommande une seule dose de vaccin pour les personnes déjà infectées©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 12 février 2021 à 15h11

La dose unique de vaccin jouera ainsi un rôle de rappel", explique la Haute Autorité de santé dans son avis.

De quoi permettre de vacciner plus vite, alors que l'approvisionnement est compliqué partout en Europe ? La Haute Autorité de santé (HAS) française recommande l'injection d'une seule dose de vaccin pour les personnes déjà contaminées par le COVID-19. Cette dose unique de vaccin doit être administrée au-delà de trois mois et de préférence six mois après l'infection, précise-t-elle dans un avis rendu au gouvernement et publié vendredi sur son site.

"A ce stade des connaissances, les personnes ayant déjà été infectées conservent une mémoire immunitaire. Cela conduit la HAS à ne proposer qu'une seule dose aux personnes ayant été infectées par le SARS-CoV-2, quelle que soit l'ancienneté de l'infection. La dose unique de vaccin jouera ainsi un rôle de rappel", explique la Haute Autorité de santé dans son avis.

Protégées pendant au moins trois mois

Concernant le délai qu'elle préconise, la HAS ajoute que "les personnes ayant eu une infection par le SARS-CoV-2, (...) qu'elles aient ou non développé une forme symptomatique de la Covid-19, doivent être considérées comme protégées pendant au moins trois mois par l'immunité post-infectieuse".

Cependant, poursuit-elle, "les données actuelles ne permettent pas pour le moment de statuer sur la réponse immunitaire au-delà de six mois. Ainsi la HAS recommande-t-elle de réaliser la vaccination dans un délai proche de six mois et confirme qu'elle ne doit pas être envisagée avant un délai de trois mois après l'infection."

3,4 millions de contaminations depuis un an

La France a enregistré 3,4 millions de contaminations par le coronavirus SARS-CoV-2 depuis le début de la pandémie il y a un an. Quelque 2,13 millions de personnes ont reçu une première injection de vaccin contre le COVID-19, soit 3,2% de la population.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.