La justice israélienne ne veut pas d'Uber

La justice israélienne ne veut pas d'Uber©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 27 novembre 2017 à 16h42

Encore un revers pour Uber... Un tribunal israélien a ordonné lundi à la plateforme de covoiturage de mettre fin à compter de mercredi à ses programmes tests de covoiturage à Tel-Aviv et dans son agglomération, alors que le groupe américain comptait justement dessus pour déployer par la suite ses services dans le reste du pays.

L'injonction contre les applications de covoiturage d'Uber fait suite à des plaintes du ministère israélien des Transports, d'un syndicat de chauffeurs de taxi et d'une entreprise rivale de covoiturage concernant le recours par le groupe américain à des chauffeurs n'ayant ni licence appropriée ni assurance.

Uber croit à un compromis

Le spécialiste américain des services de VTC estime que ses projets tests UberNIGHT et UberDAY doivent être vus différemment, car le montant payé par les passagers ne couvre que les frais d'entretien des véhicules et non la rémunération des chauffeurs.

Uber a toutefois déclaré lundi qu'il se conformerait à la décision du tribunal mais il a ajouté espérer parvenir à un compromis à long terme pour continuer à opérer dans le pays.

Uber a subi ces derniers mois plusieurs revers devant la justice et les autorités de régulation à travers le monde. Le groupe a notamment perdu sa licence à Londres et a été contraint de quitter le Danemark et la Hongrie.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU