La prime à la conversion "pas faite pour acheter des Tesla"

La prime à la conversion "pas faite pour acheter des Tesla"
Logo d'une Tesla Model S chez un concessionnaire new-yorkais.
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 05 juillet 2019 à 15h16

La ministre des Transports veut revoir les conditions d'attribution de cette aide, estimant que certains conducteurs aisés en ont profité pour s'offrir une voiture de luxe.

Les critères d'attribution de la prime à la conversion automobile seront revus à la rentrée pour que la subvention atteigne mieux sa cible. "Cette prime a un grand succès, mais il y a un certain nombre d'utilisations qui ne sont pas dans l'esprit de ce qu'on avait voulu", a déclaré la ministre des Transports Elisabeth Borne sur franceinfo vendredi.

"Il y a quelques dizaines de Français qui ont acheté des véhicules de plus de 50.000 euros", a-t-elle ajouté en précisant que la prime n'était pas faite "pour acheter des Tesla", les voitures électriques de luxe produites par le groupe d'Elon Musk ."Ce n'est pas la peine de mettre de l'argent du contribuable pour acheter un véhicule à 50 000 euros", a-t-elle martelé.

Selon Elisabeth Borne, les modalités d'attribution de cette prime seront étudiées d'ici la rentrée, notamment pour s'assurer que les véhicules achetés soient "vraiment propres". "Une part significative de véhicules diesel, y compris de diesel pas très récents" ont pu être achetés avec cette subvention, a-t-elle expliqué.

Coup de pouce aux plus modestes

Dans le même temps, la ministre dit vouloir donner "un coup de pouce" supplémentaire aux foyers les plus modestes pour payer le reste à charge, après versement de la prime.

Près de 220.000 dossiers ont été déposés depuis le début de l'année pour bénéficier de cette prime permettant de remplacer un ancien véhicule, a révélé vendredi 'Le Parisien', soit beaucoup plus qu'envisagé par le gouvernement qui table sur le remplacement d'un million de véhicules sur le quinquennat. En 2018, 250.000 primes avaient déjà été versées.

A ce rythme, le nombre total de primes à verser sur l'ensemble de l'année pourrait s'élever à 450.000, ce qui représenterait une dépense budgétaire de 900 millions d'euros, selon une source proche du dossier citée par le quotidien.

Entre 1.000 et 5.000 euros

La loi de finances pour 2019 prévoyait une dépense d'environ 600 millions d'euros pour la seule prime à la conversion, hors dépenses liées au bonus écologique pour les véhicules peu émetteurs de CO2.

A l'heure actuelle, la prime à la conversion pour l'achat de véhicules moins polluants s'échelonne entre 1.000 et 5.000 euros selon le type de véhicule acquis, les montants les plus élevés étant versés aux personnes non-imposables.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.