La production de films en France au ralenti en 2020

La production de films en France au ralenti en 2020
distanciation dans une salle de cinéma covid

Orange avec Boursier.com, publié le mardi 30 mars 2021 à 12h11

Au total, 784 millions d'euros ont été investis dans ces films, ce qui matérialise une chute de près de 30%. Les enveloppes dépassaient la plupart du temps le milliard d'euros ces dix dernières années.

Au total, 784 millions d'euros ont été investis dans ces films, ce qui matérialise une chute de près de 30%. Les enveloppes dépassaient la plupart du temps le milliard d'euros ces dix dernières années.

La crise sanitaire a eu de nombreuses conséquences sur la production cinématographique française en 2020 et a suspendu les tournages du 17 mars au 11 mai 2020. D'après le bilan publié mardi par le Centre national de la cinématographie et de l'image animée (CNC), le nombre de films agréés affiche un recul de 20,6% à 239 films.

Au total, 784 millions d'euros ont été investis dans ces films, ce qui matérialise une chute de près de 30%. Les enveloppes dépassaient la plupart du temps le milliard d'euros ces dix dernières années.

Des aides pour limiter la casse

Cette chute a néanmoins été limitée grâce aux mesures de soutien public et de garantie des tournages. Afin de permettre aux tournages de reprendre, le gouvernement et le CNC ont mis en place à partir du 1er juin 2020 un fonds d'indemnisation et de garantie à hauteur de 100 millions d'euros, cofinancé par l'Etat et des assureurs privés, pour couvrir en partie le risque pandémique en cas d'interruption d'un tournage lié au Covid-19.

Le CNC a mis rapidement en place un plan de relance en faveur de la production cinématographique doté de 12,2 millions d'euros, suivi d'un plan de soutien d'urgence de 11,8 millions d'euros à la suite du deuxième confinement. Au total, le CNC a mobilisé en 2020 des soutiens supplémentaires à hauteur de 24 millions d'euros en faveur de la production cinématographique en raison de la crise sanitaire.

Baisse des productions

Le nombre de films d'initiative française s'est établi l'an dernier à 190 films (-20,8%, soit 50 films en moins). Le nombre de coproductions internationales a reculé de 24,1% à 88 films, soit le plus bas niveau depuis 2006, notamment en raison des contraintes de déplacement des équipes de tournage. Le CNC rappelle que dans de nombreux pays européens et extra-européens, les fonds publics nationaux et régionaux ont suspendu ou reporté des sessions d'aide en raison de la pandémie, ce qui a retardé le montage financier des films nationaux mais aussi des coproductions.

La crise a aussi conduit à la fermeture des salles de cinéma pendant 162 jours en 2020, mettant les exploitants et les distributeurs dans une situation économique inédite.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.