La réforme fiscale, "cadeau de Noël" pour la classe moyenne, selon Trump

La réforme fiscale, "cadeau de Noël" pour la classe moyenne, selon Trump

Donald Trump s'exprime devant la presse sur les pelouses de la Maison Blanche à Washington avant son départ pour Camp David, le 16 décembre 2017

A lire aussi

AFP, publié le samedi 16 décembre 2017 à 22h07

Le président américain Donald Trump a assuré samedi que la vaste réforme fiscale qui devrait être adoptée la semaine prochaine par le Congrès constituerait "un cadeau de Noël" pour la classe moyenne.

"Cela va être l'un des plus beaux cadeaux de Noël qui soit pour les habitants de ce pays qui ont des revenus se situant au milieu de l'échelle", a déclaré M. Trump avant son départ pour Camp David où il doit passer le weekend.

Estimant que cette réforme serait une excellente nouvelle pour l'emploi, il a jugé qu'elle était indispensable pour faire franchir un palier à la croissance américaine.

"L'économie est désormais à 3% (de croissance). Personne ne pensait qu'on serait à ce niveau. Je pense qu'on peut monter à 4, 5 voire même 6% à terme", a-t-il déclaré.

Interrogé sur l'accroissement de la dette publique que cette réforme entraînera, le président américain s'est voulu rassurant, mettant en avant les recettes supplémentaires qui seraient générées en cas d'accélération de la croissance.

Selon le texte final, qui devrait être voté par les deux chambres en début de semaine prochaine, l'impôt fédéral sur les sociétés baissera passera de 35% à 21% et le taux maximal de l'impôt sur le revenu sera réduit de 39,6% à 37%, le nombre de tranches restant inchangé. 

L'opposition démocrate, minoritaire au Congrès, n'a eu de cesse de dénoncer un projet de loi profitant d'abord aux entreprises et aux contribuables les plus fortunés.

Le vote de cette loi, très attendu dans le camp républicain, serait la première grande réforme du 45e président des Etats-Unis, près d'un an après son arrivée au pouvoir.

 
3 commentaires - La réforme fiscale, "cadeau de Noël" pour la classe moyenne, selon Trump
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    de la censure, encore de la censure, toujours de la censure sur le Forum Orange.
    Et bien puisque sur la rubrique Finance, un bug est là ...... moi aussi
    référence à l'article :
    Voitures de Hulot : le ministre dénonce un "pinaillage"
    Statut : refusé
    Il y a 54 minutes
    le 17 12 2017 à 11 59

    Le Pinaillage

    Maître Hulot, sur son ministère perché
    tenait en son bec un bon gros fromage.
    Le peuple par l'odeur alléché
    Lui tint à peu près ce langage :
    Si votre pinaillage est à la hauteur de vos ripaillages,
    votre plumage vaut bien plus que votre ramage.
    Qui vit aux dépens d l'écologie doit comprendre qu'un phénix à l'ombre de Jupiter
    perd ses droits à l'écologie populaire et tombe à terre.

  • avatar
    droitecoll -

    Lui au moins il tape pas sur ceux qui travaillent et payent ! Chez nous c'est linverse , des hypers cadeaux aux trés riches et des aides pour les sans dents , par contre si tu à que 3000 euros , ail ail ail !!

  • avatar
    ajlbn -

    l'article :

    Accès à la location : les personnes d'origine africaine ou maghrébine discriminées


    Statut : refusé

    Il y a 13 heures


    La cellule de réponses formatées qui ne fait que répéter ce que d'autres disent, fricote largement avec la xénophobie et le racisme. Mais c'est surement autorisé. Les marchands de sommeil et les propriétaires racistes ont toujours existé. A une époque on entendait les mêmes propos pour les "ritals", les "Portos", les "Polaks", les "Espingouins", les "Jaunes", qui étaient si bien accueillis dans notre beau pays des Droits de l'Homme, que les insultes fusaient. Ils étaient relégués et discriminés, comme maintenant, envers les Africains, et autres migrants.
    A parier que dans les rangs de ceux qui aujourd'hui rejettent les "différents", il se trouve des descendants des migrants d'hier. Vérifiez dans votre généalogie. C'est le syndrome du cowboy: pas au bout de mon champ, et le dernier arrivé ferme la porte derrière lui...
    15


    supprimer




    référence à l'article :

    Denormandie: "les marchands de sommeil seront traités comme des trafiquants"


    Statut : refusé

    Il y a 13 heures


    Enfin! Mais longtemps très intimé dans le domaine du logement, combien de fois j'ai entendu ce discours! Si nous avons pu "coincer" quelques "indélicats" qui louaient de véritables taudis, et faire fermer quelques gourbis, ou logements non déclarés, après des mois ou des années d'actions, et des passages successifs des services municipaux et de l'Etat, les combines pour louer des sous sols, des garages, des chambres sous rampants de toits, des logements insalubres, indignes, sont nombreuses, la lutte réelle se heurte au manque de moyens pour contrôler des bailleurs clandestins, et à une pénurie de logements sociaux pour reloger dans l'urgence les familles exploitées. Une véritable mafia, avec ses conseillers connaissant les ficelles et les failles, gangrène le secteur habitat. J'avais proposé en son temps, une solution radicale: aucun logement du privé ancien, ne peut être loué sans le passage préalable d'un agent assermenté formé à l'habitat, qui donne aval, ou à un architecte missionné pour vérifier les règles de l'art. Et naturellement, toute location donne obligation à une déclaration fiscale, et à un contrôle régulier. On contrôle bien les voitures, et les accidents et dangers domestiques sont bien plus nombreux!
    22

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]