La reprise a perdu de l'élan en mai au Royaume-Uni

Chargement en cours
Dans le quartier d'Oxford Street à Londres, le 7 juin 2021
Dans le quartier d'Oxford Street à Londres, le 7 juin 2021
1/3
© AFP, Niklas HALLE'N

AFP, publié le vendredi 09 juillet 2021 à 10h37

Le Royaume-Uni a connu un quatrième mois consécutif de croissance en mai grâce à la réouverture de certaines activités comme les restaurants en intérieur, même si son rythme à 0,8% a ralenti par rapport aux mois précédents. 

Le Royaume-Uni a connu un quatrième mois consécutif de croissance en mai grâce à la réouverture de certaines activités comme les restaurants en intérieur, même si son rythme à 0,8% a ralenti par rapport aux mois précédents. 

L'économie a notamment été soutenue par la réouverture des restaurants en intérieur, des cours de sport et des musées, qui étaient fermés depuis fin décembre, les activités impliquant de vastes rassemblements en intérieur notamment les boîtes de nuit restant elles interdites.

Le rythme de croissance a marqué le pas en mai comparé à mars (+2,4%, chiffre révisé à la hausse) et avril (+2%, chiffre révisé à la baisse) quand le confinement, démarré fin décembre, a commencé à être levé.

En revanche, les usines d'équipements de transport notamment automobile ont vu leur production tomber de 16,5% en mai à cause des perturbations causées par les pénuries de microprocesseurs, a souligné l'Office national des statistiques (ONS) vendredi.

L'ONS rappelle que le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 1,6% au premier trimestre, un peu plus que le 1,5% initialement évalué.

Au total, le PIB reste inférieur de 3,1% à son niveau de février 2020, avant le choc de la pandémie, a précisé l'ONS. La totalité des mesures sanitaires encore en vigueur doit être levée le 19 juillet.

"C'est formidable de voir les gens de retour un peu partout grâce au succès de la campagne de vaccination, et de voir cela reflété dans les chiffres de la croissance économique", s'est réjoui le ministre de l'Economie et des Finances Rishi Sunak.

En revanche, Paul Dales, de Capital Economics, estime que la croissance de mai est bien moins élevée que ne l'attendaient en moyenne les analystes (+1,8%) et d'autant "plus décevante que les indicateurs avancés suggèrent que la reprise a perdu un peu d'élan en juin".

"Cela veut peut-être dire que la récente augmentation des cas de Covid-19 et le report" d'un mois de la levée de l'ensemble des restrictions sanitaires, initialement prévue le 21 juin, "freine la reprise", ajoute-t-il.

Capital Economics estime donc dorénavant que l'activité au Royaume-Uni devrait retrouver son niveau d'avant la pandémie "plutôt en octobre", et non plus en août comme espéré auparavant.

L'indice avancé PMI Flash pour juin du cabinet IHS Markit constatait que l'activité économique au Royaume-Uni s'était légèrement tassée en juin mais restait très soutenue avec un rythme des embauches records.

Regardant du côté du verre à moitié plein, Richard Hunter, analyste de Interactive Investor, met en avant le "niveau élevé d'économies au Royaume-Uni qui signifie que les consommateurs ont de quoi dépenser".

En outre, "malgré la levée des restrictions", vu les contraintes et incertitudes sur les conditions changeantes de voyages à l'étranger, "beaucoup ont déjà réservé des vacances" dans le pays ce qui devrait également stimuler l'économie nationale.

Le Royaume-Uni est l'un des pays développés les plus durement touchés par la pandémie, avec une chute historique du PIB l'an dernier de près de 10%, et un bilan de près de 130.000 décès.

Le pays connaît actuellement une envolée de cas de Covid-19 dus au variant Delta, même si le nombre de décès reste très inférieur pour l'instant à celui des précédentes vagues.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.