La reprise de la dette de la SNCF pourrait avoir un impact sur le déficit public dit E. Philippe

La reprise de la dette de la SNCF pourrait avoir un impact sur le déficit public dit E. Philippe
SNCF agent

Boursier.com, publié le vendredi 15 juin 2018 à 10h59

Le gouvernement s'y est engagé dans le cadre de la réforme ferroviaire... Il reprendra progressivement une partie de la dette de la SNCF à hauteur de 35 milliards d'euros. Une mesure qui pourrait avoir un impact sur le déficit de l'Etat, à hauteur de 0,1 ou 0,2 point de PIB selon le Premier ministre, Edouard Philippe.

Dans une interview à "20 minutes", il explique que "La dette n'est pas remboursable en une année, cela se fera sur des dizaines d'années. Nous l'intégrons dans le programme de remboursement de l'Etat".

Sans augmentation d'impôts

Le premier ministre a aussi confirmé que la reprise de la dette n'impliquerait pas de hausse d'impôts. "Bien entendu, cela aura un impact sur les comptes de l'État. Le déficit de la SNCF peut, dans la phase de transition, s'imputer sur le déficit de l'État (...). Raison de plus pour que la SNCF revienne vite à l'équilibre", poursuit-il...

En 2017, la France est parvenue à ramener son déficit public à 2,6%, sous la barre de 3% du PIB. Une première depuis 2007.

La réforme adoptée

La réforme ferroviaire a été officiellement adoptée hier, jeudi, après le vote du Sénat. L'intersyndicale des cheminots a appelé à poursuivre le mouvement de grève jusqu'au 28 juin. "Je pense que ceux qui sont dans une forme de surenchère, alors que la loi a été votée, risquent de ne plus être compris du tout par les Français",a affirmé le premier ministre sur ce point.

La CGT a déjà annoncé qu'elle souhaitait poursuivre la grève en juillet. Une décision que pourrait aussi prendre Sud rail. De son côté, la CFDT a indiqué qu'elle ne souhaitait pas poursuivre le mouvement au-delà du 28 juin...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.