La situation se tend pour le secteur de la distribution au Royaume-Uni

La situation se tend pour le secteur de la distribution au Royaume-Uni
Tesco enseigne supermarché

Boursier.com, publié le mercredi 18 octobre 2017 à 17h36

Les effets du Brexit sur l'économie britannique, et plus particulièrement sur le secteur de la distribution, commencent lourdement à se faire sentir. Dans une industrie marquée par une concurrence intense, les grands acteurs présents outre-Manche annoncent tour à tour des vagues de suppressions d'emplois. Dans l'épicerie fine, où les distributeurs allemands à bas coûts prennent de plus en plus de place, Sainsbury va éliminer près de 2.000 postes au sein de son service de ressources humaines  afin de réduire ses coûts de 500 millions de livres. "Le marché de l'épicerie au Royaume-Uni évolue à un rythme rapide et il est crucial que nous transformions notre façon de fonctionner pour relever les défis futurs et continuer à fournir aux clients le meilleur service de l'industrie", a déclaré à Bloomberg un porte-parole de Sainsbury. Le géant Tesco avait déjà annoncé la suppression de plusieurs milliers de postes en juin dernier.

Inquiétude des distributeurs

Plus globalement, c'est tout le secteur de la distribution qui tangue. Asos, le spécialiste de la vente en ligne de vêtements et d'accessoires, qui emploie 4.000 personnes outre-Manche,  a indiqué mardi qu'il pourrait gérer une plus grande partie de ses activités de distribution au départ de l'Allemagne si le Royaume-Uni venait à sortir de l'union douanière européenne. Zalando, un des leaders européens de la mode en ligne, a indiqué ce matin que le vote des Britanniques en faveur du Brexit pesait sur les perspectives du marché. "Nous souhaitons augmenter les investissements dans nos activités au Royaume-Uni, mais le Brexit pose problème", a déclaré Rubin Ritter, co-directeur général de Zalando. "Si le nouveau régime venait à limiter le flux de marchandises, ce serait un problème".

L'inflation est de plus en plus forte

La baisse de la livre depuis le vote en faveur du Brexit a fait grimper les coûts d'approvisionnement des groupes présents au Royaume-Uni. L'inflation a atteint son plus haut niveau depuis plus de cinq ans en septembre sous l'impulsion de la hausse des prix dans l'alimentation et les transports et les salaires des ménages britanniques ne suivent pas. Même la société londonienne Asos, qui connait une croissance exponentielle depuis sa création, a vu la hausse de ses ventes domestiques nettement ralentir ces derniers mois. Sur l'exercice clos fin août, ses revenus ont ainsi progressé de 16% au Royaume-Uni, contre +27% lors de l'exercice financier précédent. Le plus dur ne fait sans doute que commencer.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU