La SNCF en grève jusqu'au 28 juin, c'est possible ?

La SNCF en grève jusqu'au 28 juin, c'est possible ?
Gare Saint-Lazare Paris

Boursier.com, publié le vendredi 16 mars 2018 à 10h29

Les syndicats de la SNCF sont parvenus jeudi soir à un accord sur une riposte commune au projet de réforme de la SNCF... A l'issue d'une réunion de plus de deux heures de l'intersyndicale, les quatre organisations représentatives à la SNCF (CGT, Unsa, CFDT, SUD-rail) ont appelé le personnel de la société ferroviaire à faire grève juste après le week-end de Pâques, pendant "2 jours sur 5 à compter du 3 avril", et ce jusqu'au jeudi... 28 juin prochain !

Conflit "intensif sur une très longue durée"

"L'intersyndicale constate que le gouvernement n'a aucune volonté de négocier" et "prend la responsabilité (d'un) conflit intensif sur une très longue durée", a déclaré Laurent Brun de la CGT Cheminots à l'issue de la réunion.

S'ils ont lancé cet appel en commun, tous les syndicats ne partagent pas les mêmes revendications : la CGT et SUD-rail sont totalement opposés à l'ouverture à la concurrence, alors que l'Unsa et la CFDT sont prêtes à négocier les modalités.

En revanche, toutes les organisations syndicales considèrent la fin du statut de cheminot pour les nouveaux embauchés comme un casus belli. A ce sujet, même les deux syndicats "réformateurs" ont exprimé leur déception à l'issue des réunions de concertation avec la ministre des Transports Elisabeth Borne.

Arrêt prévu des recrutement au statut de cheminot

Les syndicats déplorent l'absence de marge de négociation dans le projet de loi qui sera entériné par ordonnances. Le conseil des ministres a examiné mercredi la loi d'habilitation qui permet au gouvernement de procéder à cette réforme par ordonnances.

Outre la suppression du statut des cheminots pour les nouveaux arrivants, la réforme prévoit l'ouverture totale du rail à la concurrence d'ici à 2020, et la modification du statut de la SNCF qui passera d'établissement public à société par actions.

Jeudi matin, le PDG de la SNCF, Guillaume Pépy, a remis à la ministre des Transports, Elisabeth Borne, un "programme de travail" contenant sept piliers, bases du "projet stratégique" qu'il doit présenter en juillet. Le texte confirme notamment "l'arrêt des recrutements au statut (de cheminot) des nouveaux agents".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
11 commentaires - La SNCF en grève jusqu'au 28 juin, c'est possible ?
  • avatar
    Orion69 -

    A Lourdes - qui a une nette tendance à se moquer des autres internautes.
    Je te propose d'aller sur le simulateur de retraite mis en place par l'AGIRC-ARRCO et de calculer le montant de ta propre retraite.
    Si tu as de la chance dans ta carrière, tu auras cotisé 42 ans et tu finiras ta carrière avec un salaire qui tournera entre 2000 et 3000 euros peut-être...
    Et bien je te propose de comparer le montant de ta retraite à celui de cet agent SNCF qui expliquait que sa "retraite de misère" s'élevait à 1900 € pour 34 ans cotisés...
    Toi, pour 34 ans seulement de cotisation, ta retraite sera de.... 0 € par mois.

    Cherche l'erreur !

    Et ne me dis pas que c'est une question de pénibilité : les infirmières et les routiers sont logés eux aussi à l'enseigne des 42 ans de cotisation...

    Alors explique moi qui est le mieux nanti : toi ou un agent SNCF ?

    Et, en plus, ils se permettent de pourrir la vie de millions de cotisants qui eux doivent trimer 42 ans pour avoir, eux pour de vrai, une retraite de misère !

  • avatar
    Orion69 -

    Hier soir, au cours d'un débat diffusé à la TV, il y avait un retraité de la SNCF qui tentait de justifier la grève et le mécontentement des agents SNCF.
    Pour justifier que les agents SNCF n'étaient pas des nantis, il a expliqué qu'ils touchaient "une retraite de misère".
    Le journaliste qui animait le débat lui a alors demandé quel était le montant de sa propre retraite.
    Il a répondu avec un aplomb phénoménal : 1900€ par mois après 34 ans de service...
    Ce à quoi le journaliste lui a répondu que la grande majorité des salariés français rêvaient d'une telle retraite.
    Il a répondu que le métier d'agent SNCF était difficile, avec les obligations de service de nuit, de WE, les jours fériés...

    Ce à quoi, je réponds :
    - concernant le montant de la retraite : je ne connais pas beaucoup de salariés du privé qui peuvent partir après seulement 34 ans des service avec une retraite à 1900 € par mois. Les salariés du privé doivent cotiser 40 ou 42 ans pour avoir leur retraite à taux plein.
    - toujours concernant le montant de la retraite : la retraite des employés SNCF est calculée sur les 6 derniers mois de leur carrière (Donc, normalement, les mois pour lesquels leur salaire est le plus élevé). Dans le privé, c'est sur 20 ans...
    - enfin, concernant les contraintes de leur métier : je connais pas mal de personnes (Infirmières, routiers, agents de nettoyage, livreurs, informaticiens...) qui travaillent eux aussi les WE, jours fériés et la nuit - pour certains dans des conditions difficiles, je pense aux infirmières. Par ailleurs, il y a encore des salariés qui travaillent en 3x8, ce qui présente des inconvénients majeurs en termes de santé.

    Donc, messieurs les agents SNCF, avant de pleurer sur votre sort, regarder avant toute chose à quoi ressemble le quotidien de ceux qui vont le voir se compliquer sérieusement suite à votre décision.

    Et vous comprendrez pourquoi ces mêmes personnes ne rêvent finalement que d'une chose : que vos privilèges (Car c'en sont, ne vous déplaise !) disparaissent !

  • avatar
    lourdes -

    a tous les petits toutou du capital et du dictateur macron si vous saviez le plaisir que je vais avoir de vous voir gueuler. Marcher ca vous calmera

    avatar
    Tueur -

    un autre branleur sur ce site ?

    avatar
    Orion69 -

    Tu n'as aucune idée de ce qu'est la vie en banlieue parisienne.
    Et les gens qui vivent là ne sont pas des nantis : ils doivent bosser 8h par jour minimum, se taper 2 à 3 h de trajet par jour quand tout va bien, et cotiser à la retraite pendant 40 à 42 ans pour avoir une retraite potable.
    Un agent SNCF, lui, après 34 ans de service a une retraite "de misère"... à 1900 € par mois !
    Et toi, as-tu calculé le montant de retraire auquel tu auras droit quand tu auras cotisé tes 42 ans... si tu y arrives !

  • avatar
    hinojosa -

    Trop c'est trop un jour il y aura des débordements incontrôlés qui seront mené par les usagers contre ces syndicalistes véreux.Honte à tous ces nantis aveuglés par leur égoïsme au détriment de l'ensemble des français.Faites attention la patience des usagers à ses limites.

    avatar
    lourdes -

    on t'attends le petit toutou

    avatar
    ONENAGROS -

    Ons t'attends le rigolo

  • avatar
    Tueur -

    Bandes de feignasses ......