La Turquie prévoit une croissance en baisse et une inflation en hausse en 2018

La Turquie prévoit une croissance en baisse et une inflation en hausse en 2018
La Turquie prévoit une croissance en baisse et une inflation en hausse en 2018

AFP, publié le jeudi 20 septembre 2018 à 12h04

La Turquie, qui traverse une grave crise monétaire, va connaître dans les années à venir une baisse de sa croissance et une inflation élevée, selon les prévisions annoncées jeudi par le ministre des Finances.

Selon le ministre Berat Albayrak, qui présentait à Istanbul son plan à moyen terme pour l'économie turque, la croissance du produit intérieur brut de la Turquie sera de 3,8% cette année et de 2,3% en 2019, une forte baisse par rapport à 2017 (7,4%). 

M. Albayrak a en outre indiqué que l'inflation atteindrait 20,8% en 2018, du jamais vu depuis l'arrivée de Recep Tayyip Erdogan au pouvoir en 2003, et 15,9% en 2019.

De plus, le ministre turc des Finances a indiqué que le chômage allait augmenter pour atteindre 11,3% cette année et 12,1% en 2019.

Ces projections illustrent la surchauffe de l'économie turque après des années de politiques visant à soutenir une croissance élevée, en dépit des mises en garde des économistes qui s'inquiètent de la hausse de l'inflation et du creusement du déficit des comptes courants.

Dans un effort apparent de montrer que les autorités étaient conscientes du problème, M. Albayrak a indiqué que sa politique économique pour les trois années à venir serait guidée par trois principes: "le rééquilibrage, la discipline et la transformation".

Il a indiqué que les priorités du gouvernement seraient de combattre le déficit des comptes courants qui devrait s'élever à 4,7% cette année et 3,3% en 2019, et l'inflation.

"Nous allons mettre en oeuvre un plan de lutte totale contre l'inflation", a déclaré M. Albayrak.

Alors que le début de son discours dressant un constat réaliste de la situation était bien accueilli par les marchés, avec une hausse de la livre turque face au dollar, la suite de son allocution, chiche en mesures détaillées, a semblé décevoir, la valeur du billet vert repartant à la hausse.

M. Albayrak, qui est par ailleurs le gendre de M. Erdogan, a assuré que la situation économique s'améliorerait à partir de 2020, avec une croissance repartant à la hausse (3,5%) et le retour à une inflation à un chiffre.

L'économie turque traverse depuis plusieurs mois une période de turbulences avec un effondrement pendant l'été de sa devise, sur fond de défiance des marchés envers la politique économique de M. Erdogan et de crise diplomatique entre Ankara et Washington.

Signe de la gravité de la situation, la banque centrale turque a procédé la semaine dernière à une hausse massive de son principal taux d'intérêt (625 points de base à 24%), malgré l'hostilité de M. Erdogan.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.