La victoire des Bleus a un effet bénéfique sur les Français, pas sur Macron

La victoire des Bleus a un effet bénéfique sur les Français, pas sur Macron©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 18 juillet 2018 à 12h02

La victoire de l'équipe de France de football en 1998 avait créé un élan populaire sans précédent dans l'Hexagone et fait grimper la cote du président de la République de l'époque, Jacques Chirac. Cette année, les premiers effets se font ressentir, mais pas pour tout le monde.

Les Français gagnent en optimisme

Un sondage Odoxa Dentsu-Consulting pour France info et le Figaro établit un premier bilan de l'après Coupe du monde. Il était envisageable que le président de la République, Emmanuel Macron, voit sa cote de popularité bondir après cette victoire, lui qui a assisté à la finale à Moscou et reçu l'équipe au grand complet le lendemain à l'Elysée. Néanmoins, selon le sondage réalisé, six français sur dix pensent toujours qu'il n'est "pas un bon président" (61%). Ils étaient aussi nombreux avant le début de la compétition.

Les Français sont malgré tout optimistes et pensent majoritairement (82%), que cette victoire aura un impact positif sur le sentiment de fierté national, mais également sur l'image de la France à travers le monde (74%). Le parcours des Bleus a également dopé le moral des personnes interrogées puisque, toujours selon Odoxa, 62% sont optimistes aujourd'hui contre 41% il y a six mois. De même pour leur indice de confiance économique qui a progressé de 9 points depuis le 9 juillet dernier.

Une rentrée plus simple pour le président de la République ?

"Grâce à elle (la victoire), les Français vont partir en vacances heureux, fiers de leurs pays et de son image dans le monde et même (...) optimistes", explique Gaël Sliman, président d'Odoxa. Un quart de la population était dans les rues dimanche soir suite au match entre la France et la Croatie. Une fête qui a duré jusqu'au bout de la nuit, émaillée par quelques incidents, notamment en haut de l'avenue des Champs-Elysées, mais pas de quoi gâcher la fête.

"Ils aborderont donc la rentrée avec un état d'esprit un peu moins réactif ou explosif", rajoute le président d'Odoxa. Une aubaine pour Emmanuel Macron qui présentera en septembre de nouvelles réformes qui diviseront certainement à nouveau la population et les différents syndicats. On pense notamment à la réforme constitutionnelle, à celle de l'assurance chômage ou encore des retraites.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU