La Weinstein Company n'échappera pas à la case faillite

La Weinstein Company n'échappera pas à la case faillite©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 26 février 2018 à 08h33

La Weinstein Company n'échappera pas à la case faillite. Accusée de toutes parts depuis les révélations concernant son co-fondateur, Harvey Weinstein, la société de cinéma n'a pas réussi à trouver un accord avec un groupe d'investisseurs mené par une ancienne de l'administration Obama, Maria Contreras-Sweet.

Pas d'autres choix

"Bien que nous regrettons profondément que nos actions aient conduit à ce résultat malheureux pour nos employés, nos créanciers et toutes les victimes, nous allons maintenant poursuivre la seule option viable pour le Conseil pour maximiser la valeur résiduelle de la Société: un processus de faillite ordonné", explique la société dans une lettre envoyée par email à Contreras-Sweet et Burkle, dont Bloomberg a eu possession.

Le procureur général de l'État de New York avait fixé ses conditions

Alors que les négociations étaient proches d'aboutir, le procureur général de l'État de New York a annoncé il y a quinze jour avoir engagé des poursuites au civil contre la Weinstein Company, pour ne pas avoir protégé ses employés contre son ancien patron et producteur de cinéma Harvey Weinstein. Ce dernier, 65 ans, était l'un des hommes les plus influents d'Hollywood avant d'être accusé de diverses agressions sexuelles, dont des viols, par plus de 70 femmes. Le co-fondateur des studios Miramax dément avoir eu des relations sexuelles non consenties avec quiconque.

Le procureur avait indiqué qu'il refuserait toute offre de reprise qui maintiendrait au pouvoir un des membres du Conseil d'administration de la TWC. "Toute offre qui enlève les frères Weinstein mais laisse intact le reste de la direction devrait être inacceptable", avait notamment déclaré Eric Schneiderman. Selon les derniers bruits de couloir, la proposition du groupe mené par Maria Contreras-Sweet atteignait près de 500 M$. Un montant toutefois insuffisant pour éviter aux actionnaires de Weinstein de perdre leurs deniers investis dans l'entreprise.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.