Lactalis : des familles envisagent de porter plainte

Lactalis : des familles envisagent de porter plainte©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 15 janvier 2018 à 14h26

Les familles concernées par le scandale Lactalis envisagent d'aller en justice... Elles ont rencontré ce lundi le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Lemaire et ont fait cette annonce dans la foulée. "Un certain nombre de familles déposeront plainte dans les jours à venir contre les grandes enseignes, les grands distributeurs et notamment les premiers concernés", a déclaré Quentin Guillemain, président de l'Association des familles de victimes du lait contaminé par des salmonelles et fabriqués par le groupe mayennais.

Des ministres ont souligné la semaine dernière "la légèreté" des enseignes de distribution dans ce dossier, a encore rapporté Quentin Guillemain. "La sécurité sanitaire des consommateurs n'est pas négociable", a déclaré Bruno Le Maire après ce rendez-vous, évoquant l'importance de déterminer les "responsabilités" de chacun dans ce domaine : "Etat, industriels, distributeurs et plates-formes de distribution."

Acheter le silence ?

Au nom des victimes, Quentin Guillemain s'est déclaré déterminé à savoir "ce qu'il s'est passé du début à la fin" dans cette affaire, se refusant à évoquer pour l'heure la question des indemnisations. "Nous ne sommes pas dans le débat de l'indemnisation. Nous n'achèterons pas le silence des familles dans cette histoire", a-t-il dit.

Le président du groupe Lactalis, Emmanuel Besnier, est sorti de son silence ce weekend dans un entretien accordé au 'Journal du dimanche'. Il s'est défendu de tout manquement et a promis d'indemniser "toutes les familles qui ont subi un préjudice".

Son groupe a rappelé l'ensemble des boîtes de lait infantile produites sur le site de Craon sans considération de date. Ce rappel concerne plus de 12 millions de boîtes dans 83 pays et Emmanuel Besnier n'a précisé ni le montant des indemnisations envisagées, ni le coût total de l'opération.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.