Lactalis : rappel généralisé et extension de l'affaire à l'Europe...

Lactalis : rappel généralisé et extension de l'affaire à l'Europe...©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 12 janvier 2018 à 20h35

L'affaire Lactalis continue de prendre de l'ampleur, le gouvernement français tapant du poing sur la table vendredi contre le géant des produits laitiers. Ainsi, Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, a ordonné à Lactalis de rappeler "toute boîte de lait infantile produite sur le site de Craon en Mayenne, quelle que soit la date de fabrication, dans tous les lieux de commercialisation, en particulier la grande distribution et les pharmacies".

"Plus une seule boîte de lait infantile qui était produite sur le site de Craon en Mayenne ne doit désormais pouvoir être commercialisé quelque soit la date de production", a-t-il précisé, à l'issue d'une rencontre à Bercy avec Emmanuel Besnier, le PDG du numéro un mondial des produits laitiers.

Un cas de salmonellose en Espagne, un autre soupçonné en Grèce

"Il s'agit d'une mesure radicale pour éviter tout nouveau problème sanitaire", a précisé le ministre. Il s'agit du quatrième rappel des boîtes de lait infantile potentiellement contaminées, produites sur le site de Craon. Le ministre de l'Economie a mis en avant le principe de précaution pour justifier cette décision, après la découverte que des produits avaient continué à être vendus dans la grande distribution malgré les précédents rappels.

La tension est montée d'un cran vendredi, après l'annonce de nouveaux cas de contamination d'enfants, à l'étranger cette fois. L'institut Pasteur a ainsi fait état d'un bébé atteint de salmonellose en Espagne, et d'un cas soupçonné en Grèce.

Les produits de Lactalis incriminés ont en effet été vendus dans 66 pays, dont 12 de l'Union européenne. En France, officiellement, 37 cas de maladie ont été identifiés, dont 35 enfants dont on est certain qu'ils ont consommé du lait contaminé produit par Lactalis.

Enquête ouverte pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "tromperie aggravée

Bruno Le Maire a estimé vendredi que le groupe Lactalis "n'avait pas pris sa responsabilité" et "a gravement failli" dans cette affaire. Il a annoncé avoir "demandé à Monsieur Besnier, président de Lactalis, de faire preuve de davantage de transparence (...), un gage de confiance pour les consommateurs et pour l'ensemble des Français".

"Le président de Lactalis communiquera publiquement sur les causes de la contamination dès qu'elles seront établies" a ajouté M. Le Maire. "Lactalis fera ensuite tous les investissements nécessaires sur le site de Craon pour garantir la sécurité sanitaire du site et éviter que ne se reproduise une telle contamination".

Concernant les sanctions, le ministre a affirmé que "l'affaire est désormais dans les mains de la justice. La justice a été saisie. La répression des fraudes travaille avec la justice et lui apporte tous les documents dont la justice a besoin pour établir les responsabilités de chacun". La justice a ouvert le 22 décembre dernier une enquête préliminaire pour "blessures involontaires", "mise en danger de la vie d'autrui", "tromperie aggravée" et "inexécution d'une procédure de retrait".

Un groupe secret, pesant plus de 17 MdsE de chiffre d'affaires

Lactalis, anciennement Besnier, a été fondé en 1933 par le fromager André Besnier, à Laval en Mayenne. Devenue l'un des premiers producteurs mondiaux de produits laitiers, cette société familiale non cotée en Bourse est gérée dans la plus grande discrétion par Emmanuel Besnier, 48 ans, petit-fils du fondateur.

Le groupe contrôle notamment les marques de lait infantiles Picot, Célia, Milumel et Taranis. Il fabrique aussi les laits Lactel, les camemberts Président, Lepetit et Roitelet, le roquefort Société, les yaourts La Laitière et les produits de marques Bridel et Bridélice, Rondelé, Lanquetot, Locatelli, Salakis et Galbani. Outre ses marques propres, Lactalis vend aussi des références sous marque de distributeur (Casino, Carrefour, Système U, Auchan, Aldi ou Lidl ).

Seuls les produits pour bébés Picot et Milumel produits dans l'usine de Craon sont concernés par le problème actuel de contamination aux salmonelles, des bactéries responsables de troubles intestinaux. L'usine de Craon est à l'arrêt depuis le 8 décembre et 250 de ses 327 salariés ont été mis au chômage partiel.

Lactalis commercialise ses produits dans 160 pays et réalise 17,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires, dont 60 % en Europe. Le groupe revendique 75.000 employés et près de 230 unités industrielles dans le monde, dans 43 pays différents.

Un numéro vert mis en place par Lactalis

Vendredi sur son site internet, le Groupe Lactalis confirmait dans un communiqué le rappel de "l'intégralité de ses laits en poudre et céréales, fabriqués par le site de Craon, quelque soit leur date de production, afin de faciliter la procédure de retrait-rappel".

Le groupe a ajouté : "nous tenons à présenter nos plus sincères excuses aux familles concernées. Nous mesurons l'ampleur de la situation et comprenons l'inquiétude et les perturbations importantes qu'elle génère". Lactalis a mis un numéro vert (0 800 120 120) à disposition des consommateurs de 9h00 à 20h00.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Lactalis : rappel généralisé et extension de l'affaire à l'Europe...
  • avatar
    jeep5252 -

    Tout ce lait en poudre ! Qui va le récupérer ? LACTALIS bien sûr ! Alors il faudra des preuves de la destruction sinon le PDG BESNIER est capable de le refourguer d' une manière ou d' une autre !

  • avatar
    ajlbn -

    La collecte de la banque alimentaire ayant eu lieu fin 20017, il serait bon aussi de s'assurer que des boites n'ont pas été distribuées par le bais des associations caritatives qui n'ont peut-être pas eu toutes les alertes de ce géant du lait.
    C'est quand même curieux que cette société refuse année après année de publier ses comptes, et préfère payer une amende, somme surement provisionnée, sans que la Justice ne puisse la condamner à faire cette publication!
    Mais à n'en pas douter, les services de l'Etat ont du surement procéder à des contrôles fiscaux, et l'URSSAF également. L'inspection du travail a du aussi visiter à un moment les usines. Tout est sous contrôle dans l'intérêt bien compris des populations...ou pas! Jusqu'au prochain scandale et au plus jamais ça!
    La société Besnier, devenue Lactalis a trempé dans une sombre affaire de lait mouillé en 2000, et autres diverses mauvaises pratiques. En 2012 -article du canard sur d'autres problèmes, et cette société est régulièrement épinglée. Un modèle de réussite avec des zones d'ombres et des tricheries nombreuses selon la fiche Wikipédia. Curieux que sur les médias nationaux, tenus par des géants du commerce et de l'industrie, toutes ces nombreuses affaires n'aient pas fait l'objet d'informations plus complètes. L'information s'arrête au tiroir caisse de la publicité, ou au réflexe de caste?