Lancement du Partenariat Mondial pour l'intelligence artificielle par 15 membres fondateurs

Lancement du Partenariat Mondial pour l'intelligence artificielle par 15 membres fondateurs©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 16 juin 2020 à 09h24

Une initiative internationale et multipartite

Le Canada et la France s'unissent avec l'Allemagne, l'Australie, la République de Corée, les États-Unis d'Amérique, l'Italie, l'Inde, le Japon, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, Singapour, la Slovénie et l'Union européenne pour créer le Partenariat Mondial sur l'intelligence artificielle (PMIA).

Conscients de la nécessité d'une coopération à l'échelle internationale pour exploiter le plein potentiel de l'intelligence artificielle (IA) et en faire bénéficier l'ensemble des citoyens, tout en respectant les valeurs démocratiques et la primauté de l'humain, les 15 membres fondateurs entendent encourager et guider le développement responsable d'une intelligence artificielle fondée sur les droits de l'Homme, l'inclusion, la diversité, tout comme favorisant l'innovation et la croissance économique.

Une initiative internationale et multipartite

Le PMIA (Global Partnership on AI, GPAI, en langue anglaise) est une initiative internationale et multipartite visant à guider le développement et l'utilisation responsables de l'IA, dans un esprit de respect des droits de l'Homme, d'inclusion, de diversité, d'innovation et de croissance économique. Afin d'atteindre cet objectif, les pays membres s'emploieront à jeter des ponts entre la théorie et la pratique et soutiendront des activités de recherche de pointe ainsi que des activités de mise en application concrète liées aux priorités en matière d'IA.

En collaboration avec des partenaires et des organisations internationales, le PMIA rassemblera des experts issus de l'industrie, de la société civile, des gouvernements et du milieu universitaire. Ces experts se réuniront au sein de Groupes de travail axés sur quatre thèmes : 1) l'utilisation responsable de l'IA; 2) la gouvernance des données; 3) l'avenir du travail; et 4) l'innovation et la commercialisation. À court terme, les experts participants se pencheront également sur l'apport possible de l'IA comme moyen de répondre à la pandémie de COVID-19 et de la surmonter.

Fortes synergies

Le PMIA sera appuyé par un secrétariat, hébergé par l'OCDE à Paris, ainsi que par deux Centres d'expertise, l'un à Montréal, l'autre à Paris. La collaboration avec l'OCDE donnera lieu à de fortes synergies entre les travaux scientifiques et techniques du PMIA et le leadership international exercé par l'OCDE en matière de politiques publiques liées à l'IA. Ceci garantira l'enracinement dans les faits des politiques visant à l'utilisation responsable de l'IA.

Le Centre d'expertise de Paris sera fourni par l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA). Centres d'expertise fourniront un soutien administratif ainsi Les qu'un soutien à la recherche au titre de projets pratiques menés ou évalués par les experts des différents Groupes de travail issus de divers secteurs et disciplines. Les centres organiseront également les séances plénières annuelles du groupe d'experts multipartite du PMIA. Le Canada sera l'hôte de la première de ces séances en décembre 2020...

Lancement collectif

Ce lancement collectif couronne deux années de travail intenses et conjointes des diplomaties numériques française et canadienne, à la suite de l'appel lancé par le Président de la République Emmanuel Macron et le Premier ministre Justin Trudeau dans la déclaration franco-canadienne sur l'intelligence artificielle de juin 2018.

Conduites par Cédric O, Secrétaire d'Etat au numérique, avec le soutien résolu du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, les négociations ont permis de réunir une importante coalition de pays. L'initiative est d'ores et déjà rejointe par 12 autres pays, en plus du Canada et de la France, ainsi que par l'Union européenne comme membres fondateurs. L'OCDE et l'Unesco sont également associés. Le PMIA a vocation à s'élargir à d'autres Etats volontaires à brève échéance.

Cédric O a déclaré : "Le Partenariat mondial pour l'IA incarne un bel élan collectif transnational que la France est fière d'avoir initié avec le Canada. Regroupant aujourd'hui 15 membres fondateurs, le projet conjugue la confiance envers l'apport de l'IA pour répondre aux grands enjeux de la planète, avec la volonté de guider et d'encadrer les usages technologiques en cohérence avec nos valeurs."

Rappel chronologique

La création d'un groupe international d'experts en intelligence artificielle annoncée avant le sommet du G7 de 2018 par Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, et Emmanuel Macron, président de la République française, constitue un élément clé de la déclaration franco-canadienne sur l'intelligence artificielle. En décembre 2018, lors de la conférence multipartite du G7 sur l'intelligence artificielle, le Premier ministre Justin Trudeau, le ministre Singh Bains et le secrétaire d'État français chargé du numérique Cédric O annoncent le mandat pour le groupe international d'experts en intelligence artificielle, première étape en vue de sa création...

En août 2019, lors du Sommet du G7 à Biarritz, les chefs d'Etats et de gouvernements ont pris note du Partenariat mondial sur l'Intelligence Artificielle (PMIA) proposé par le Canada et la France dans la Stratégie de Biarritz pour une transformation numérique, ouverte, libre et sûre.

Thématiques prioritaires

En octobre 2019, lors de la conférence internationale Global Forum on AI for Humanity à Paris, le Président de la République française Emmanuel Macron a annoncé que le Partenariat Mondial sur l'Intelligence Artificielle serait soutenu par deux centres d'expertise à Paris, piloté par l'Inria, et à Montréal, et par un secrétariat à l'OCDE. A cette occasion, des experts et des parties prenantes du monde entier, issus tant du secteur public que privé, du monde académique et de la recherche, et plus largement, de la société civile, se sont réunis et ont réfléchis aux thématiques prioritaires susceptibles de nourrir les travaux du PMIA.

En mai 2020, lors de la réunion des ministres Science & Technologie du G7, les pays du G7 se sont accordés pour lancer le PMIA afin de renforcer la coopération multiacteurs dans l'avancement d'une intelligence artificielle reflétant leurs valeurs démocratiques et répondant aux défis mondiaux, avec un focus initial incluant les réponses à apporter à l'actuelle pandémie, et se sont engagés envers un développement et une utilisation responsable et centré sur l'humain de l'IA, respectant les droits de l'Homme, les libertés fondamentales, et leurs valeurs démocratiques communes.Cabinet de Cédric O

Vos réactions doivent respecter nos CGU.