Lassitude et morosité chez les Français, un an après le début de la crise

Lassitude et morosité chez les Français, un an après le début de la crise
RER métro

Boursier.com, publié le lundi 22 février 2021 à 16h11

30% des sondés refusent toujours de se faire vacciner, selon une enquête du Centre d'étude de la vie politique de Sciences-Po.

"Lassitude"... C'est le mot choisi par la plupart des Français (41%), près d'un an après le début de la crise sanitaire... Il devance la "morosité", citée à 34%, selon une enquête publiée lundi par le Centre d'étude de la vie politique de Sciences-Po (Cevipof) .

Ce sentiment de mal-être est en forte hausse de plus de 10 points, selon cette étude sur la confiance des citoyens vis-à-vis de l'action politique, publiée chaque année à la même période. La méfiance est aussi au rendez-vous, citée dans 28% des cas (mais en baisse de 2 points par rapport à février 2020).

Moins bien que dans le reste de l'Europe

L'étude montre que l'état d'esprit des Français est nettement moins bon que celui de leurs voisins européens : les Britanniques évoquent par exemple en priorité leur sérénité (42%), la lassitude culminant à 31%. Les Allemands, touchés eux aussi par des longues restrictions pour stopper la propagation du coronavirus, sont sereins dans 40% des cas, et las dans seulement 14% des réponses.

Peur du vaccin

La méfiance des Français reste palpable vis-à-vis du vaccin anti-covid : 30% des sondés disent qu'ils ne comptent pas se faire vacciner. Ils sont 49% à "envisager de le faire", tandis que 19% n'ont pas encore tranché. Là encore, le décalage est fort avec les pays voisins : 66% des Allemands veulent se faire vacciner ou l'ont déjà fait, et ce chiffre atteint 76% chez les Italiens et même 80% chez les Britanniques.

Ceux qui hésitent à se faire vacciner en France évoquent d'abord le manque de recul vis-à-vis de la maladie et du vaccin, devant la crainte des effets secondaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.