Laurent Wauquiez remonté contre Xavier Bertrand

Laurent Wauquiez remonté contre Xavier Bertrand©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 13 décembre 2017 à 15h26

Laurent Wauquiez, le nouveau président du Parti Les Républicains, ne décolère pas après la décision de Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France, de quitter brutalement le parti... "Ce n'est pas acceptable de claquer la porte de sa famille politique dans ces conditions", a déclaré le nouveau "patron" de LR après son large succès de dimanche.

"Les calculs personnels nous tuent et nous risquons d'en payer collectivement le prix", a poursuivi le président de la région Auvergne-Rhônes-Alpes avant de plaider pour une "aventure collective" et la "reconstruction" du Parti Les Républicains... "Les egos et les aigreurs personnelles, c'est le monde d'hier. Le monde de demain on va le construire ensemble", a poursuivi Laurent Wauquiez.

Sans réponse

"Je lui ai laissé (à Xavier Bertrand) des messages sur son téléphone toute la journée de lundi. Sa réponse, je l'ai eue dans la soirée dans le journal télévisé de France 2" a encore expliqué Wauquiez...

"Je ne reconnais plus ma famille politique donc j'ai décidé de la quitter... Je ne crois plus aujourd'hui aux partis politiques à l'ancienne", a déclaré pour sa part le président de la région des Hauts-de-France en guise d'explication à son départ.

L'ancien ministre, qui avait renoncé l'été dernier à se présenter à la présidence de LR, a ajouté n'avoir aucune intention de rejoindre un parti ou d'en créer un...

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Laurent Wauquiez remonté contre Xavier Bertrand
  • avatar
    Voix_Off -

    Après la fuite forcée (et heureusement salutaire) des centristes la semaine passée, Ouôquièze poursuit à toute blinde le sabordage son propre parti en désagrégeant le tissu local qui a fait sa force et qui ne manque pas de personnalités modérées. Car en plus de X. Bertrand, il faut en effet compter, à l’heure actuelle, avec les départs d’O. Carré, maire d’Orléans, de D. Robo, maire de Vannes, de C. Béchu, maire d’Angers, de G. de Lasteyrie, maire de Palaiseau (qui a « seulement » démissionné de son poste de secrétaire départemental)… Et l’hémorragie ne fait que commencer ! À ce train infernal, il y a les meilleures chances pour que la Walkyrie du Puy-en-Velay soit sous peu incapable de former un groupe à l’Assemblée — à moins de tenter une alliance avec le groupuscule formé par les députés lepenistes — et que LR devienne une espèce de tea-party à la française…