Laurent Wauquiez s'en prend à Valérie Pécresse

Laurent Wauquiez s'en prend à Valérie Pécresse©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 21 décembre 2017 à 10h29

Laurent Wauquiez "tend la main à tout le monde" et dénonce le choix de "l'opposition interne" comme "une profonde erreur"... Suivez son regard ! Le président des Républicains, confortablement élu le 10 décembre dernier avec pour mission de reconstruire la maison après la débâcle de la présidentielle et des législatives, s'est exprimé devant le groupe des députés LR : "J'ai proposé à Valérie Pécresse la présidence du Conseil national... Elle m'a indiqué ne pas vouloir intégrer un collectif... La main reste tendue à tout le monde, mais je constate que certains préfèrent développer une opposition interne plutôt que de s'opposer ensemble à Emmanuel Macron"..."C'est une profonde erreur car la droite ne supporte plus les divisions" a dit le nouveau chef de file de la droite.

"Peser et convaincre"

La présidente du conseil régional d'Ile-de-France a expliqué de son côté au "JDD" avoir choisi de rester à LR pour "peser et convaincre", contrairement à Xavier Bertrand qui a annoncé son départ du parti dès le lendemain de l'élection de Laurent Wauquiez...

Le président de l'UDI a lui aussi confirmé exclure toute alliance avec Wauquiez, qui selon lui "radicalise" la vie politique française : "Ceux à qui il tend la main, c'est d'abord ceux qui ont une obsession identitaire", a estimé Jean-Christophe Lagarde. Ces derniers mois, "les crèches de Noël dans les lieux publics, c'est l'essentiel de ce qu'on a entendu des Républicains", a-t-il estimé...

Responsabilité

"Sa dérive droitière est de sa responsabilité... Quand Xavier Bertrand claque la porte, quand Valérie Pécresse dit 'je ne suis pas d'accord', quand vous avez des élus locaux qui, les uns après les autres, disent 'je ne porte plus cela', vous n'allez pas demander à nous centristes d'être plus attachés à cette dérive !"... "Il n'y a plus d'alliance possible au niveau national avec les Républicains", a poursuivi J-C Lagarde, tout en se disant prêt à "travailler avec des gens de droite qui sont compatibles avec nos valeurs, qui sont respectueux ou fidèles à la tradition qui a été celle de Jacques Chirac"... Une invitation à peine voilée à l'adresse de Valérie Pécresse et de Xavier Bertrand.

Equipe de choc

En attendant, dans la foulée de son élection à la tête des Républicains, Laurent Wauquiez a présenté son état-major resserré et rajeuni. Une "équipe de choc" construite pour donner un "nouveau souffle à droite"... Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a bâti son équipe d'une quinzaine de personnes au sein de laquelle Virginie Calmels, adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, endosse le rôle de première vice-présidente. Wauquiez a installé par ailleurs les députés Guillaume Peltier et Damien Abad aux postes de deuxième et troisième vice-présidents.  Annie Genevard, proche de François Fillon, est nommée secrétaire générale.

Une équipe paritaire

"Vous avez autour de moi des gens qui viennent du gaullisme, mais aussi du centrisme, vous avez des libéraux, mais aussi la droite sociale... Ce sont surtout des gens qui ont envie de construire ensemble" et "déterminés à laisser les divisions derrière nous", a-t-il expliqué....

"Les calculs personnels nous tuent et nous risquons d'en payer collectivement le prix", a poursuivi le président de la région Auvergne-Rhônes-Alpes avant de plaider pour une "aventure collective" et la "reconstruction" du Parti Les Républicains... "Les egos et les aigreurs personnelles, c'est le monde d'hier. Le monde de demain on va le construire ensemble"...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU