Le 5 décembre, une "grève des régimes spéciaux", estime Emmanuel Macron

Le 5 décembre, une "grève des régimes spéciaux", estime Emmanuel Macron©Boursier.com

Boursier.com, publié le samedi 23 novembre 2019 à 00h25

Le président de la République a qualifié vendredi d'"étrange" la journée de mobilisation du 5 décembre contre le projet de réforme des retraites, qu'il estime être avant tout être celle de la défense de régimes spéciaux.

La journée de mobilisation du 5 décembre contre le projet de réforme du système des retraites est "avant tout celle de salariés d'entreprises qui relèvent des régimes spéciaux", a estimé vendredi Emmanuel Macron.

"Vous constaterez avec moi que le 5 décembre est quelque chose d'étrange (...), il va y avoir une mobilisation massive contre une réforme dont on ne connaît pas les termes exacts", a déclaré le chef de l'Etat français lors d'une conférence de presse à Nesle, dans la Somme.

"Le gouvernement va mener ses travaux, les rencontres bilatérales, les rencontres multilatérales et le Premier ministre à l'issue de ce processus aura à annoncer les termes de la réforme dans son ensemble dans les semaines qui viennent", a-t-il précisé.

"C'est une réforme de responsabilité parce qu'elle sera lancée en mettant le système à l'équilibre", a ajouté Emmanuel Macron, alors que la CFDT a mis en garde jeudi contre une réforme purement "paramétrique".

La mobilisation s'élargit à l'approche du 5 décembre

La mobilisation du 5 décembre fédère de nouveaux participants chaque jour. Jeudi, même la CFE-CGC, le principal syndicat des cadres, a appelé à rejoindre la manifestation du 5 décembre pour "marquer son opposition au projet de réforme" des retraites.

A l'origine du mouvement, se trouvent les syndicats de la RATP (Unsa, CGT et CFE-CGC) et de la SNCF (CGT-Cheminots, Unsa ferroviaire, SUD-Rail, FO-Cheminots) qui ont appelé à une grève "illimitée" à partir du 5 décembre.

Ils ont été rejoints par la CFDT-Cheminots, jeudi, et par plusieurs syndicats d'EDF, dont la CGT, Force ouvrière et Sud, ainsi que des syndicats d'Air France, de chauffeurs routiers (FO-Transports et logistique), de l'Education nationale (SE-UNSA) et plusieurs syndicats de policiers, dont Alliance et l'Unsa. Selon un sondage BVA, 6 Français sur 10 soutiennent la grève du 5 décembre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.