Le Boeing 737 MAX à nouveau autorisé à voler en Europe

Chargement en cours
L'Agence européenne de la sécurité aérienne a donné son feu vert officiel au retour en vol dans le ciel européen du Boeing 737 MAX, cloué au sol pendant 22 mois après deux accidents mortels
L'Agence européenne de la sécurité aérienne a donné son feu vert officiel au retour en vol dans le ciel européen du Boeing 737 MAX, cloué au sol pendant 22 mois après deux accidents mortels
1/2
© AFP, JASON REDMOND

AFP, publié le mercredi 27 janvier 2021 à 18h09

L'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) et l'autorité britannique de l'aviation civile (CAA) ont annoncé mercredi avoir donné leur feu vert au retour en vol dans le ciel européen du Boeing 737 MAX, cloué au sol pendant 22 mois après deux accidents mortels.

"Après une analyse approfondie de l'EASA, nous avons déterminé que le 737 MAX peut reprendre du service en toute sécurité. Cette évaluation a été réalisée en toute indépendance vis à vis de Boeing ou de l'Administration fédérale de l'aviation (la FAA américaine, ndlr) et sans aucune pression économique ou politique", affirme le directeur exécutif de l'EASA Patrick Ky, cité dans un communiqué.

"Des changements importants ont été faits sur l'appareil et la formation des pilotes" justifie pour sa part la CAA.

L'avion avait été interdit de vol en mars 2019 après deux accidents qui avaient fait 346 morts, Lion Air en Indonésie en octobre 2018 (189 morts) et Ethiopian Airlines en mars 2019 en Ethiopie (157 morts).

Lors des deux accidents, c'est après avoir reçu des informations erronées d'une des deux sondes d'incidence AOA, indiquant que l'avion était en décrochage, que le logiciel de commandes de vol, le MCAS, s'était emballé malgré les efforts des pilotes pour le désactiver, et avait mis l'avion en piqué.

- "Forte supervision" -

Les avions doivent subir une modification du logiciel MCAS. D'autres logiciels doivent aussi être changés et certains câbles repositionnés et les pilotes devront suivre une nouvelle formation, impose l'EASA.

"Nous sommes convaincus que l'avion est sûr, ce qui est la condition préalable pour donner notre accord. Mais nous continuerons à surveiller de près les opérations du 737 MAX lorsque l'avion reprendra du service", justifie M. Ky.

La reprise des vols donnera lieu à une "forte supervision", assure également la CAA.

La FAA américaine, l'organisme de certification primaire s'agissant d'un avion américain, avait donné son feu vert au retour en vol du 737 MAX le 18 novembre, suivie par les autorités brésiliennes.

Le Canada a, lui, donné son autorisation la semaine passée. La décision de la Chine, où de nombreux 737 MAX ont été vendus, reste elle en suspens.

Si l'association européenne des pilotes ECA a donné quitus à l'EASA, saluant un travail "approfondi" et sa "fiabilité", l'association "ET 302: Solidarité et Justice" a dénoncé une décision "prématurée, inopportune et même dangereuse".

"Nous aurons toujours un doute sur le fait de savoir si l'impératif de sécurité a bien primé sur les intérêts commerciaux de Boeing que la décision de l'agence sauve du marasme économique", estime Virginie Fricaudet, présidente de cette association de familles des victimes du vol d'Ethiopian accidenté.

L'autorisation de voler en Europe pour le MAX signifie que Boeing, assommé par les déboires de la dernière génération de son moyen-courrier et par la crise du Covid-19, va pouvoir reprendre ses livraisons à destination du continent européen.

Depuis l'autorisation de retour en vol, Boeing a pu livrer 40 appareils, ramenant à 410 le nombre de MAX stockés sur ses parkings, a annoncé l'avionneur américain.

Depuis son entrée en service, 67 exemplaires de l'appareil ont été livrés à des clients européens, dont 19 Norwegian Air Shuttle et 12 à Turkish Airlines.

Un total de 723 appareils ont été commandés par 14 clients européens -aucun français-, dont 210 restant à livrer à Ryanair, 92 à Norwegian Air Shuttle et 63 à Turkish Airlines.

Boeing, officiellement accusé début janvier d'avoir induit les autorités américaines en erreur lors du processus d'approbation du 737 MAX, a reconnu sa responsabilité et accepté de verser plus de 2,5 milliards de dollars pour solder certaines poursuites.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.