Le conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, victime d'un infarctus à Singapour

Le conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, victime d'un infarctus à Singapour©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 12 juin 2018 à 07h34

Le conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, a été victime d'un infarctus lundi à Singapour. Les médecins estiment que son état de santé n'est cependant pas préoccupant et qu'il devrait se rétablir rapidement, selon la porte-parole de la Maison blanche : Larry Kudlow "va bien", a ainsi rassuré Sarah Sanders, qui accompagne Donald Trump à Singapour à l'occasion du sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

L'ancien conseiller du président Ronald Reagan devenu par la suite chroniqueur télévisé, a succédé en mars dernier à Gary Cohn à la direction du National Economic Council.

Sous pression

"Notre grand Larry Kudlow, qui a travaillé si dur sur le commerce et l'économie, vient de subir une crise cardiaque. Il est maintenant au Walter Reed Medical Center", a tweeté Donald Trump...

Larry Kudlow, qui est âgé de 70 ans, a assisté au sommet du G7 vendredi et samedi au Canada et accordé plusieurs interviews dimanche pour défendre la volte-face de Donald Trump à l'issue de la réunion, le président américain ayant retiré son soutien au communiqué final en raison de propos jugés "offensants" du Premier ministre canadien Justin Trudeau...

Le conseiller économique de la Maison blanche avait reconnu il y a quelque temps avoir eu des problèmes d'addiction à la drogue et à l'alcool il y a une vingtaine d'années...

Rappelons que les mesures protectionnistes adoptées par les Etats-Unis sur l'acier et l'aluminium avaient provoqué le départ du conseiller économique de Donald Trump, Gary Cohn, en mars dernier. Cohn était venu gonfler une liste déjà longue de collaborateurs qui ont jeté l'éponge dans l'entourage de Trump...

Débats intenses

Le départ du conseiller économique faisait déjà suite à un intense débat entre les tenants d'un protectionnisme dur, emmenés par le directeur du commerce Paul Navarro, et ceux qui étaient partisans, comme Gary Cohn, d'une offensive plus ciblée sur les pays pratiquant le dumping.

La Maison Blanche avait tenté de minimiser les conséquences de cette démission, en expliquant que l'ex-stratège de Goldman Sachs était surtout l'artisan de la réforme fiscale et que sa mission avait été menée à bien...

Plusieurs voix s'étaient élevées pour regretter le départ de Cohn, qui a sonné comme une victoire pour l'aile dure des conseillers de Trump outre-Atlantique.

Gary Cohn avait eu auparavant de nombreux accrochages et débats musclés avec Donald Trump, tandis que le travail de l'ex-conseiller économique était largement reconnu dans les milieux d'affaires et à Wall Street...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU