Le coronavirus fait chuter les ventes de maquillage

Le coronavirus fait chuter les ventes de maquillage©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 05 octobre 2020 à 09h13

Les ventes des produits de beauté en France ont chuté de 25% depuis le début de l'année.

Moins de rouge à lèvres ou de fond de teint... Le visage caché derrière le masque depuis le début de la crise sanitaire, les Françaises se maquillent moins au quotidien, et leurs achats s'en ressentent en France. Les ventes des produits de beauté ont chuté de 25% depuis le début de l'année, d'après une étude du cabinet d'études économiques Asterès pour la FEBEA (Fédération des Entreprises de la Beauté).

Le secteur cosmétique a fortement souffert sur la période, avec une chute de 10% du chiffre d'affaires, tout comme l'ensemble de la consommation des ménages. Mais ce chiffre recouvre de fortes disparités : les ventes de produits d'hygiène ont flambé d'environ 50%, alors que celles des produits de beauté ont donc diminué d'un quart.

Les parfumeries très touchées

Les instituts et salons de beauté mais aussi la distribution sélective (parfumeries, parapharmacies...) sont en première ligne, particulièrement impactés par la fermeture pendant le confinement. Selon les estimations d'Asterès, leurs ventes annuelles devraient se replier de respectivement 25% et 23% sur l'ensemble de 2020.

Les ventes en grandes surfaces et parapharmacies, bénéficiant pleinement de la hausse des produits d'hygiène, seront en hausse de 2%. Les ventes en ligne devraient quant à elles exploser de 38%, mais leur poids reste trop faible pour impacter l'ensemble du secteur.

Baisse des investissements

"De leur côté, les exportations de cosmétiques comme les investissements ont diminué légèrement moins que la moyenne nationale. La baisse a atteint respectivement 14% et 12% pour les cosmétiques, contre 18% et 16% en moyenne nationale", peut-on lire dans un communiqué.

Les TPE et PME de la cosmétique, qui représentent 85% du secteur, s'avèrent nettement plus vulnérables. "Les TPE ont ainsi subi une chute de 54% de leur chiffre d'affaires, contre 35% pour les grandes entreprises. De plus, leurs ratios financiers restent structurellement plus dégradés que les grandes entreprises ou que les PME d'autres secteurs", détaille le cabinet Asterès.

Retour à la normale en 2022

Sur le marché français des cosmétiques, le retour à la situation d'avant-crise devrait se produire en 2022, toujours selon cette étude. À l'international, le rebond pourrait être plus lent, notamment dans les régions les plus touchées par l'épidémie (États-Unis, Inde, Brésil notamment). De ce fait, à l'export, le niveau de chiffre d'affaires de 2019 pourrait n'être réalisé qu'en 2023.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.