Le coronavirus va coûter plus de 0,1% de croissance à l'économie

Le coronavirus va coûter plus de 0,1% de croissance à l'économie
assemblée nationale octobre 2017
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 04 mars 2020 à 14h20

Bruno Le Maire est plus pessimiste que fin février, quand il avait estimé que cette crise sanitaire allait amputer la croissance de l'économie française de 0,1 point en 2020.

La crise due au coronavirus aura un impact négatif supérieur à 0,1 point de croissance sur l'économie française, a estimé mercredi Bruno Le Maire, se montrant donc un peu plus pessimiste que fin février - il parlait alors d'une baisse limitée à -0,1% en 2020.

Interrogé sur l'antenne de BFM Business au sujet des prévisions de l'OCDE, qui a abaissé de 0,3 point sa prévision de croissance de l'économie française pour 2020, le ministre de l'Economie et des Finances a botté en touche, tout en reconnaissant que les conséquences de l'épidémie seraient plus importantes que prévu.

Beaucoup de secteurs touchés

"Ce sera plus que 0,1% mais je ne confirme pas les chiffres de l'OCDE tant que je n'ai pas d'informations de l'Insee, du Trésor et des entreprises à ma disposition", a déclaré Bruno Le Maire mercredi.

"Beaucoup de secteurs économiques sont touchés, inquiets. Il faut les soutenir. Demain nous aurons peut-être une détérioration de la situation si jamais l'épidémie se prolonge dans le temps et peut-être qu'il faudra au niveau de la zone euro prendre des mesures de relance de l'économie", a-t-il expliqué, alors que l'aérien, le luxe, le tourisme ou encore l'automobile sont touchés de plein fouet.

Marges de manoeuvre limitées

Interrogé sur la baisse des taux d'intérêt annoncée la veille par la Réserve fédérale américaine, le ministre de l'Economie a répondu : "Les marges de manoeuvre de la politique monétaire sont limitées. Je pense en revanche que la Banque centrale européenne prendra ses décisions de manière indépendante. Elle a des instruments pour soutenir les entreprises, les PME, quand elles se financent auprès des banques.

"C'est ces instruments-là qui me paraissent utiles, plutôt que les taux d'intérêt qui sont déjà très bas, voire négatifs", a poursuivi Bruno Le Maire. La prochaine réunion de la Banque centrale européenne se tiendra le 12 mars.

"L'autre instrument dont nous disposons, et je suis content qu'il figure dans le communiqué du G7, et j'espère qu'il figurera dans le communiqué commun des ministres des Finances de la zone euro dans quelques heures, c'est l'instrument budgétaire. Il faut que nous soyons prêts (...) à utiliser l'instrument budgétaire qui, aujourd'hui, me paraît plus efficace que l'instrument monétaire pour soutenir l'économie", a jugé le ministre.

Réunion en urgence de la BCE

Les membres de la BCE ont participé mardi soir à une réunion téléphonique, non prévue à l'agenda, pour discuter des mesures à prendre face à l'épidémie de coronavirus, mais aucune décision sur les taux n'a été prise, selon l'agence de presse Reuters.

Selon ses sources, l'institut de Francfort est sous pression, après la baisse des taux d'intérêt décidée mardi par la Réserve fédérale américaine pour protéger la première économie du monde contre les effets du coronavirus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.